Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 17:47

Too Much Class For the Neighbourhood (Dogs, France, 1982)

 

Nashville ou Belleville ?

                                                                                                                      Eddy Mitchell

 

Cette ville est un enfer

                                                                                                          Dominique Laboubée

 

 

 

http://d.yimg.com/ec/image/v1/release/58720987;encoding=jpg;size=300;fallback=defaultImage« Avant de dire que c’est le meilleur album de rock français de tout les temps, faudrait juste déterminer si c’est, déjà, le meilleur album des Dogs ».

 

La conversation dont est extraite cette phrase portait sur « Legendary Lovers ». Et ce qui m’a marqué au sein de celle-ci, c’est à quel point, pour ces gens, c’était l’évidence même que, de toutes façons, les Dogs furent le plus grand groupe de Rock que la France ait produit. Je dois avouer que, plus le temps passe, plus je suis d’accord avec cette idée. Malgré tout, cela dit, ce groupe n’est malheureusement pas une évidence*. Ce qui ne rend que plus réjouissant de les découvrir, certes, mais a pour conséquence qu’il faut une porte, un entremetteur, un peu de boulot pour se pencher dessus.

 

Mais une fois l’accès ouvert… C’est la révélation.  Et le meilleur moyen de découvrir cet album est évidement d’en écouter le titre éponyme** :

 

 

 

 

Ce riff cinglant, cet harmonica… Ce n’est pas une intro, c’est un appel aux armes. On redresse la tête, le pas s’accélère, et, bizarrement, quand la voix rentre, le pas se chaloupe soudainement, l’envie de danser se fait plus marquée, plus pressante.  Et ce titre : « Too Much class for the neighbourhood ». Déclaration d’intention. La rébellion en mode mod, soit donc la plus belle des rébellions, celle qui reprend les codes de la vieille garde pour lui renvoyer sa propre hypocrisie en pleine gueule. Il est aisé de se lamenter d’être ostracisé quand on est punk. Quand on est talentueux, propre sur soi, mais qu’on reste hors de la masse malgré soi, là, on renvoie vraiment les autres à leur propre médiocrité.

 

Cette chanson, c’est l’hymne des mecs qui ont raison, mais qui, entouré d’ignorants, se retrouve malgré lui dans la position de celui qui a tort***. C’est pour ça que les Dogs étaient condamné dès le départ – ou presque – au succès d’estime. Comment s’imposer dans un pays qui n’a retenu de ses rockeurs que les ersatz d’Elvis graisseux ou des pseudo punk méphitiques, a fortiori quand personne n’y a rien compris à la splendeur d’un Paul Weller, et qui n’a vu dans ses vrais talents rock que des amuseurs mondains (Dutronc, Antoine, Les Problèmes), ou d’habiles chanteurs de variété (Polnareff) ?

 

http://www.lemague.net/dyn/local/cache-vignettes/L297xH300/arton2781-3900f.jpg

 

Pourtant, cet album est une splendeur, un joyau, une perfection. A tel point que la première fois que je l’ai écouté, j’étais convaincu qu’il s’agissait d’un album principalement composé de reprises (bien aidé en cela par la présence d’une reprise de Train kept a-rollin’), tant chaque chanson semble parfaite, et sonne suffisamment rétro pour paraitre intemporelle**** (Il y a un petit quelque chose 80’s dans le son, mais c’est surement l’album des années 80 les moins daté de tous les temps, je pense).

En bons mods, les Dogs n’ont jamais oublié que le vrai rock est fait pour donner envie de danser, et non pas de s’ouvrir les veines ou de vomir sa Koenigsbier sur les agents de la maréchaussée. Et il faut être sourd ou unijambiste pour résister aux appels à la danse que sont Shakin’ with Linda ou Poisonned Town. Voire légèrement dandiner les épaules sur la délicate M.A.D.  ou The Most Forgotten French Boy (le meilleur morceau qu’Indochine n’a pas réussi à composer).

Nul n’est prophète en son pays. Et les Dogs sont, finalement, surtout trop rock n’ roll pour le voisinage. Voilà leur problème, voilà leur fardeau : avoir tout compris au Rock n’ Roll dans un pays qui n’y a jamais rien entravé sinon les clichés. Et les fans de pleurer en voyant un diamant jeté au compost, ne trouvant pour se consoler que l’opportunité de boire une bière Place Dominique Laboubée, en se disant que c’est toujours ça que ni les anglais, ni la vieille garde avec ses pseudonymes pseudo-ricains, ni aucun groupe avec noir dans son nom - peu importe la langue – n’auront pas.

 

 



 

 

*Sauf bien entendu pour tous nos amis rouennais, qu’on salue, et plus largement, pour les normands – exception faite, surement, des Havrais pour qui l’évidence doit être les Roadrunners (ou Little Bob, oui).

**En voilà un « éponyme » utilisé à parfait escient.

***Situation atrocement désagréable mais pourtant fréquente, c’est celle vécue par celui qui peine à convaincre les gens que non, Ob-la-di, ob-la-da n’est point l’œuvre de Ringo Starr, ou de celui qui essaye de rappeler à ses collègues qu’avant même de désigner une femme à la cuisse légère, « bitch » est le terme anglais désignant la femelle du chien (au sens zoologique du terme). Oui, ça sent le vécu.

****Ce qu’on appelle, bien évidement, vous le savez tous, le syndrome Retour vers le Futur, même si à l’époque le film n’était pas encore sorti : la vision de 1955 qu’on avait en 1985 ne vieillira jamais, tandis que bon, on est 2012 et je vois pas la trace d’un Hooverboard.

Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans LDAT (MUPAMA)
commenter cet article

commentaires

Eric 13/08/2012 16:37


Merci ! J'ai pas mal de rattrapage à faire sur les Dogs je crois.


... et sur une note plus nerd, on n'a certes pas les Hoverboards, mais on a les baskets de Marty McFly


http://www.youtube.com/watch?v=3yiSdjwi_bg&feature=related

Xavier 06/07/2012 10:04


merci pour l'info, je vais jetter un oeil au Gibert ce samedi...


tient au fait, j'ai toujours un vinyle qui t'attend à la maison...

Guic' the old 05/07/2012 11:13


Thanks Xavier.


 


Alors, pour le trouver, plutôt que d'occase, rue toi sur la réédition qui est sorti iul y a... un an, un an et demi: c'est un petit coffret avec Too much class...., Legendary Lovers et Shout!
pour quelque chose comme 15 euros.


(Sinon, la situation... c'est du vécu. Le seul moment ou tu peux avoir raison envers et contre tous et que tout le monde la ferme, c'est une partie de Trivial Pursuit)

Xavier 04/07/2012 09:53


ah ouais, il est très bien celui là ! découvert sur le Golb aussi... (mais pas encore trouvé d'occase dans les bacs...)


pas mal le coup du mec qui a raison  mais est entouré d'ignorants... toujours très irritant