Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 17:00

Cet article est prévu depuis longtemps, mais il a fallu que les événements me poussent au cul. Depuis a création de cette rubrique, je sais que mon top 5 Smiths invitera Thomas, et je ne vous cacherais pas que quand il a décidé de fermer le Golb, ma première (bon, ok, seconde) pensée fut « Mais, et le top 5 des Smiths alors... »

Et quand il l'a rouvert c'est lui-même qui me signifia : «  tu sais, mon top 5 Smiths il est prêt depuis 2 ans, hein ».

Il y a un mois, je lui ai dit que de se tenir prêt parce que j'allais sûrement m'y mettre sous peu, les conditions m'étant favorables. Samedi dernier, il me fit comprendre qu'il attendait toujours. Dimanche midi, j'ai attaqué l'écriture en revenant de déjeuner chez mes parents. C'était mauvais j'ai rien gardé. De ce que j'ai écrit, pas du déjeuner. Ce matin, je m'y suis remis, au boulot. Pire encore.

 

Mais le monde étant ce qu'il était et mon esprit voyant des symboles partout, ben voilà, j'ai plus trop le choix.

 

http://www.tasoeur.biz/images/2011/12/24/the_smiths.jpgLes Smiths sont un des groupes que j'écoute aujourd'hui encore le plus régulièrement avec toujours le même plaisir. Le temps ne semble pas avoir de prise, et la lassitude qui serait pourtant légitime (il y a longtemps que l'intégrale de ce qu'ils ont fait est gravée dans mon « Juke Box mental ») ne semble pas prête de s'installer. C'est également un groupe qui surgit dans les moments les plus improbables, et la plupart de mes proches ont déjà entendu parler de la fois où, pendant les soldes, j'ai acheté un costume non soldé, juste parce que « This Charming Man » s'est mis à résonner dans le magasin au moment précis où j'entrais dans la cabine d'essayage. Bon, aussi, le costume m'allait bien et j'avais besoin d'un costume, mais vous saisissez l'idée.

J'ai découvert les Smiths à l'exact moment où il fallait pour que je les aime. C'est à dire quelques mois avant d'être diplômé. Il y a à mes yeux une incroyable logique là-dedans. On dit toujours que le rock est la musique de l'adolescence, ceci cela. Les Smiths, paradoxalement, et sous des dehors de romantisme ado exacerbé, est pour moi le groupe du passage à l'âge adulte. Je serais bien en peine d'expliquer pourquoi. Mais c'est prégnant, ne serait-ce que parce qu'il faut une certaine maturité (et une certaine pratique de la langue anglaise) pour saisir (sinon apprécier) la finesse, la profondeur, l'intelligence du songwriting de Morrissey. Donc oui, on risque de parler paroles, ne serait-ce que parce que ; plus encore que Dylan, je suis intimement convaincu que les Smiths font partie de ces artistes que les obtus pensant que « Les paroles c'est pas important » ne parviendront jamais à apprécier.

E même temps c'est bien fait pour eux.

 

 

 

 

Still Ill

 

Parce que c'est la chanson qui m'a, a première, fait réaliser que, plus qu'un bon parolier, Morrissey est un garçon qui a le sens de la formule. A l'image de son idole Oscar Wilde, il est capable, par-delà le simple fait d'être un bon auteur, de lancer parfois un trait de génie. Qui dans beaucoup de cas sera la seule chose que les gens retiendront, utiliseront hors contexte et gâcheront. (Wilde, Morrissey, Desproges, même combat)

I decree today that life is simply taking and not giving

There is a brighter side to life, and I should know bcause I've seen it, but not very often

On pourrait à l'aise citer l'intégralité du texte. Surtout qu'il n'est pas si long.

 

Mais il convient également d'ajouter un mot sur le musique, tout simplmeent, vu que ce morceau est caractéristique du style « Smiths, » à savoir quelques accords rêches, des arpèges rapides et ce son de la Rickenbacker de Johnny Marr... Et le tout porté par une ligne de basse bondissante, obsédante... Plus Smithien que Still Ill, tu meurs.

 

 


 

 

 

What she said

 

Johnny Marr's Guitar, round 2. Assorti d'une comparaison surprenante.

J'adore ce son. Ce son de guitare tournante, tourbillonnante qui ne s'arrête jamais ou sinon pour laisser place à une respiration qui ne servira qu'à repartir de plus belle. D'instinct, le seul morceau qui me vient immédiatement à l'esprit est … le Bodies des Smashing Pumpkins. Et j'ai une tendresse particulière qui me vient à l'idée que mon adolescence s'est ouverte et fermée sur ce cette même structure obsédante. Et quand bien même ce serait faux, mon goût de la symétrie s'en félicite.

Il va de soi que les paroles hilarantes, et le chant enjoué et envenimé de Morrissey ne ont que des raisons supplémentaires de la présence de cette chanson ici. Raison de plus : c'est peut être la seule chanson dont je préfère presque la version live de « Rank », où le morceau est « medleytisé » avec « Rubber Ring »... et la relance finale de l’assaut des guitares, Morrissey yoddlant la fin de Rubber Ring par dessus est, étonnamment, un de mes passages préférés de l’œuvre entière des Smiths.

 

 

 


 

 

 

I know it's over

 

C'est ce morceau qui m'a converti. Il se devait donc d'être là. Déjà il est construit selon un crescendo long de 6 minutes, ce qui en fait un morceau comme je les aime. Ensuite, il mêle une véritable tendresse à la limite de l’apitoiement à un sarcasme, un cynisme appliqués au narrateur lui-même qui ne peuvent que m'évoquer... ben moi, un peu. Ensuite, ce morceau a été la Bande Originale d'une période des plus bizarre e mon existence, le sus-cité passage à l'âge adulte, ou plutôt du moment précis où j'ai réalisé qu'il allait arriver sous peu et que j'allais devoir prendre d'une façon ou d'une autre ma vie en main... chose assez flippante, alors quand on sort d'une histoire sentimentale ratée (pas dans le sens nulle, mais plutôt celui d'une opportunité mal négociée et donc ratée à même d'emplir de remords), qui s’enchaîne avec une autre histoire, plutôt à ranger dans la catégorie « mort-née », celle-là... le désespoir et l'espoir mêlés de ce titre, et ses mots durs, mais juste, qui brisent tout autant qu'ils permettent de se focaliser et d'aller de l'avant, on les écoute plus d'une fois, je peux vous le dire.

 

It's so easy to laugh, it's so easy to hate. It takes strength to be gentle and kind.

 

Cette phrase est si simple et évidente qu'elle paraît niaise. Pourtant Dieu sait qu'elle est difficile à appliquer. Mais si tu es si malin pour la trouver niaise... Pourquoi es-tu seul ce soir?

 

 

 


 

 

There is a light that never goes out

 

Niaisierie épisode 2 ?

Soyons honnêtes un millième de seconde : le texte de cette chanson est presque à même d'interdire à jamais de dire que les Beatles ont écrit quoique ce soit de niais. Cette chanson est emplie d'un romantisme adolescent exacerbé à l'absurde, tout y est, et se terminer par l'extase de la mort des amants, tout amplifiée à l'extrême... Et c'est bien évidement cela qui rend ce titre imparable. Peu de chansons ont le même talent lorsqu'il s'agit de m'emplir de joie, d'espoir, de courage. Dès que résonne l'intro, mon cœur s'allège, je souris, et je nourris les rêves les plus fous.

Un jour que j'allais boire un verre avec une file qui me plaisait vraiment, un peu stressé par la possible issue négative de la soirée, j'entendis ce titre résonner dans le bar alors qu'on avait à peine posé nos manteaux. Soudain, le cœur léger, le goût du symbole, aussi, m'envahissant, l'issue de la soirée ne faisait plus de doute, no matter what, j’allais me lancer, tenter ma chance. Bien m'en a pris.

 

(Certes, je me suis fait larguer par téléphone 70 heures plus tard mais quand même.)

 

 

 


 

 

Ask

 

Finissons-en, bouclons la boucle. Si les Smiths ont accompagné ma sortie de l'adolescence, Morrissey est également celui qui a le mieux résumé l'ado que j'ai pu être. Au final, c'est peut-être ça, la fin de l'adolescence : c'est quand on prend conscience qu'on a été un adolescent. Donc, souvent, un imbécile. Et qu'on prend conscience de ce qu'on a pu être de ridicule, d'aveuglement, de bêtise. Qu'on pense aux erreur qu'on a faites, mais également à celles qu'on a pas faites, aux occasions manquées, aux choix qu'on a mal faits, aux filles qu'on a pas osé approcher. Au ridicule petit gars qui se prenait pour Rimbaud, dans ce carnet noir, enfermé dans la chambre à l'étage. A ses parents qui utilisaient cette phrase qui déjà semblait ridicule à l'époque « Tu vas pas rester enfermé, il fait beau dehors ». Et donc, chaque fois que résonne « Shyness is nice, and/Shyness can stop you / From doing all the things in life / You'd like to (...)Spending warm summer days indoors / Writing frightening verse /To a buck-toothed girl in Luxembourg », je me rappelle pourquoi j'aime les Smiths. Parce qu'ils me parlent. A moi, mais aussi au moi passé, et sûrement, au moi futur. Qu'ils sont là pour sermonner le moi lâche, pour encourager le moi hésitant, pour botter le train du moi timide, pour accompagner le moi qui ose. Et que j'entends que ça reste comme ça pour longtemps, jusqu’à ce que je tombe « Asleep » et qu'on ai à me conduire aux « Cemetery gates ».


 

 

 

 

La Selection de Thomas se trouve ICI.

Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans Top à ...
commenter cet article

commentaires

Magali 02/05/2014 01:52


5 chansons des Smiths à emmener sur une île déserte :


- This charming man


- Handsome devil


- Panic


- Half a person


- Death of a disco dancer


Je crois bien que cette dernière chanson est la moins smithienne qui puisse exister dans la discographie du groupe. Elle n'en reste pas moins un grand morceau lent et puissant bien meilleur à mon
avis que "I know it's over" mais je ne veux pas me battre avec quelqu'un qui aime ce groupe.


Impossible de finir sans citer Morrissey :


" Love, peace and harmony?


Love, peace and harmony?


Oh, very nice


very nice


...but maybe in the next world"

Some dizzy whore (2013) 09/04/2013 20:15


Je ne dirai pas qu'il s'agit d'un bon top (car un top n'a pas vocation à être bon ou mauvais), mais comme sa lecture m'a donné envie de récouter 'Singles' en entier, je crois que cet article a
atteint (au moins une partie de) son but. Je pense que le monde serait un endroit bien plus drôle et élégant si les gens pouvaient citer aussi souvent Morrissey que Lennon ou Bono. Un peu
d'ironie acerbe dans un monde de bons sentiments, ça ne peut pas faire de mal.


Sur un autre sujet, et ayant pu constater ton profond attachement aux Smiths, je me demande si un Top 5 Marillion (période Fish of course) est au programme du blog. J'ai toujours trouvé que ces
deux groupes avaient beaucoup plus de points communs que de différences (dont le style musical, mais bon, les deux s'inscrivent dans la vaste galaxie pop-rock), et puisque tu sembles aimer les
auteurs à formules, je pense que ce vieux Fish vaut son pesant de cacahuètes dans cette catégorie.

Guic ' the old 11/04/2013 20:04



"Je pense que le monde serait un endroit bien plus drôle et élégant si les gens pouvaient citer aussi souvent Morrissey
que Lennon ou Bono"


 


Plus violent aussi, peut-être. Autant Bono c'est à la portée de tout le monde, autant Morrissey...


Top 5 Marilion... ce n'est pas prévu pour l'instant. Pour la simple raison que je crois ne jamais trop avoir écouté
Marilion, qui est quand même un groupe que sa mauvaise réputation précède, non? Mais pourquoi pas, à l'occasion, faudra que je tente: le pire truc qui puisse m'arriver c'est d'aimer.


 


Et par la même, bienvenue en ces lieux!



Joris 09/04/2013 19:51


Je vais me répéter un peu par rapport au Golb, mais tout de même: belle idée, et belle sélection :D Je remarque que tu as fait une place à l'année 1985 avec "What She Said", une de mes préférées
d'un album assez particulier (pas mon préféré, mais il a vraiment une ambiance particulière). "I Know It's Over" je pense que j'aurais besoin de mûrir encore un peu ma passion naissante pour les
Smiths avant de la placer parmi mes préférées. Et j'aime bien ce que tu dis sur "There Is A Light...", personnellement ça m'énerve quand je la passe en soirée et que les cyniques sont incapable
de la laisser sans s'en moquer. C'est très niais, mais y'a rien à faire, je l'adore.


 


Allez pour le fun, mon Top 5 à moi serait (pour l'instant, ça peut très vite changer): "Pretty Girls Make Graves", "What Difference Does It Make?" (la version album, pas la version single),
"Bigmouth Strikes Again" (pas très original mais bon), "There Is A Light..." et "Stop Me If You Think..."


Le fan que tu es aurait sûrement quelque chose à déduire de cette selection (pas les chansons les plus difficiles d'accès, pas les plus Smiths non plus), j'aurais sans doute quelque chose de plus
personnel à proposer quand j'aurais enfin digéré toute cette discographie.

Guic ' the old 11/04/2013 20:01



Merci :)


C'est vrai que "Meat is Murder" est un peu particulieR... Je sais pas comment le formuler, mais je dirais qu'il a une "couleur" sans avoir de cohérence pour autant... C'est un album bizarre, mais
dont la plupart des titres sont très très bons...


 


Exception faite de "Stop me..." je suis d'accord aussi avec ton top 5. (Pas de chance, c'est cele que j'aime le moins du dernier album ;) )


Bon courage avec ta découverte des Smiths, et profites en bien...


 


Et sinon, c'est une évidence, mais si d'aventure tu veux "partager un top 5", c'est quand tu veux mec!



Thomas 09/04/2013 19:28


Je suis agréablement surpris car j'avoue (et tu as le droit de me détester) je m'attendais à ce que ton article soit une logorrhée sans fin ^^ Finalement, tu es relativement sobre, je m'en veux
donc un peu de ces mauvaises pensées. Heureusement, tu compenses tout de même mes attentes avec quelques remarques pathos sur "I Know It's over", ouf ! J'ai cru qu'on m'avait volé mon Guic
:-)

Plus sérieusement et comme je te le disais en privé, je suis très étonné que nous ayons tous deux choisis "Ask". Je pensais même un peu naïvement que ce serait le choix qui, à coup sûr, me
mettrait en valeur. Quel con :-)

Je ne vais pas commenter ta sélection, d'une part parce que c'est toujours un peu personnel et d'autre part parce que... bah... je vénère chaque morceaux des Smiths, il était donc difficile de me
faire bondir. En fait, même s'il n'y a que deux morceaux communs, je trouve que nos sélections se ressemblent pas mal. J'aurais pu mettre "Still Ill" et "What She Said" en lieux et place de
"Handsome Devil" et "The Boy with a Thorn", ces morceaux sont dans mon esprit "équivalents". Il n'y a donc que "I Know It's over" qui nous différencie vraiment, et pourtant Dieu sait que j'aime
ce morceau, qui fut longtemps mon préféré mais que j'ai fini par trouver un peu too much, à la longue.

Guic ' the old 11/04/2013 19:58



Eh oui, tu as été médisant ;)


Bon, "Ask", c'est pas non plus le morceau le plus obscur du groupe... Je comprends pas que ca surprenne à ce point tout le monde... C'est pas une évidence, certes, mais on a pas non plus été
chercher du "Oscillate Wildly"...


 


Et pour I know it's over, il se devait d'être là parce que c'était - et tu les sais très bien - ma porte d'entrée vers les Smiths... Apres oui, bien sur, il est too much (donc moi trop pathos
fatalement), mais ca fait son charme. J'ai du ne pas l'écouter assez, pour n'en etre pas encore dégouté. Cela dit, le temps passant, je commence à préférer presque la version live, avec un
passage chunté et une outro plus longue...