Be Quick or be Dead

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Tell all the people

Lundi 18 janvier 2010 1 18 /01 /Jan /2010 19:33

http://petsound.files.wordpress.com/2007/08/country-life.jpgJe sais pas pourquoi je vous parle de ce disque. Franchement, pour tout vous dire, ça m'a pris – comme on dit par chez moi – comme un coup de pied au cul.

En fait, jusqu'à très récemment, j'avais assez bêtement snobé la discographie de Roxy Music post- Brian Eno. Assez bêtement, certes, mais assez logiquement aussi: je craignais, par habitude et ouï-dire, que ce "second" Roxy Music soit décevant, a fortiori pour moi, qui idolâtre avec un manque total de retenue la face A de leur premier album.

Aaaah, la face A du premier album. Re-Make / Re-Model, Ladytron, If there is Something et Virginia Plain. Quatre titres vraiment fascinants, sinueux, uniques. Dès le moment où on les découvre, on sait déjà, au fond de soi, qu'on ne redécouvrira jamais un truc qui ressemble de près ou de loin à cette musique. Une musique qu'on devine unique dès la première écoute, voilà quelque chose qui n'est pas banal. (D'habitude faut écouter d'autres trucs, aussi, pour s'en rendre compte.)

 

Et quand on a écouté ça, qu'on sait de quoi est en partie responsable le Sieur Eno (je parle de la trilogie berlinoise de Bowie là, pas des derniers Coldplay et U2), on craint un manque d'intérêt de cette œuvre sans ses soins. Logique, vous disais-je.

 

Et puis, en fait, un jour on tombe, par hasard, sur un titre qui va tout changer. Enfin, quand je dis par hasard… J'ai simplement laissé tourner Spotify au-delà des 4 morceaux (habituels) que j'avais sélectionné, ayant du m'absenter pour une quelconque raison, de genre préparer le café. En revenant, ce n'étaient plus les virevoltantes bizarreries de Virginia Plain qui m'attendaient, mais un piano fait pour apprendre aux rock-critics ce que signifie crépusculaire veut dire, avec, par-dessus, un mec chantant en latin.

 

Remettant le morceau à son début, et après vérification que le morceau était bel et bien de Roxy Music, je m'installai et profitai du morceau comme ça faisait un bout de temps que j'avais pas profité d'un morceau comme ça: Pleinement, entièrement, fasciné, hypnotisé. Et quand Brian Ferry se mit à chanter en français, je n'ai pu réprimer un frisson.

 

Et c'est donc grâce à Song for Europe que j'ai franchi le pas.

 


 

Et que je me retrouve à avoir un album préféré de Roxy Music, en plus de ma face préférée. Pour la chanson préférée, cela n'a pas bougé, c'est toujours If there is Something.

 

Mais bon… Voici Country Life. L'album qui vous vaut des regards désagréables de la part de la caissière de la FnacCountry Life un côté grandiloquent, décadent du plus bel effet. On pourrait le résumer en disant qu'il y a là-dedans tous les arguments utilisés habituellement pour défendre Queen, mais en bien. Cet album est souvent baroque (The Thrill of it all), avec une ambiance récurrente de cabaret un peu foutraque (It takes all night), un Casanova arrogant, bref autant de morceaux fascinants, rythmés, passionnants, s'achevant sur Prairie Rose. C'est beau, c'est bon, et sans qu'on s'en rende compte, on se retrouve à chanter à l'unisson avec Brian Ferry "Prairie Roooooooose! Yeah eee" On se sent con, mais c'est bon, si bon… quand vous l'achetez, certes, mais aussi l'album qui offre un grand plaisir à l'écoute.

 

 

Alors certes, ce n'est pas un album révolutionnaire, loin s'en faut (j'ai d'ailleurs l'impression personnelle que c'est l'album de Roxy Music dont personne ne parle jamais). Et pourtant, même si Brian Peter George St. John le Baptiste de la Salle Eno (fallait que je le mette en entier au moins une fois, désolé) n'est plus là, parti avec sa volonté d'innover vers des terres plus froides, son ombre reste, et Roxy décline ses deux premiers albums plutôt que de rester dans le cadre un tantinet plus classique offert par son prédécesseur, "Stranded".

 

http://userserve-ak.last.fm/serve/_/2932825/Roxy+Music.jpg

 

Non, ici, Casanova se fait castagneur mais garde sa perruque poudrée, Out of the blue rappelle les premières heures du groupe, avec ses fonds en envolées S-F, The Thrill of it all ne cesse d'en rajouter, de s'alourdir, et pourtant ne cesse jamais de monter vers les sommets. Tout est un régal dans cet album, y compris Three and Nine, alors que pourtant, ça s'annonçait pas sous les meilleurs auspices, l'intro me faisant définitivement penser à un générique de dessin animé des années 80. (Bon, on pourrait dire que c'est en avance sur son temps, à la rigueur).  Il est amusant de voir que, les arrangements d'Eno maintenant dilués (mais sa "patte" reste présente, elle appuie moins fort, c'est tout), on prend enfin pleinement la dimension de la voix de Brian Ferry. Chaude, caressante, sexy en diable, et pourtant… au fond de tout cela, on décèle un côté malsain caché, un peu plus mis en avant quand la voix se hausse… Et on réalise qu'en fait, cette voix ne caresse pas: elle amadoue, elle hypnotise, elle persuade. Mais on se laisse faire avec plaisir.

 

Concluons avec cette délicieuse chanson que je n'ai pas encore évoquée: All I want is you. All I want is you est un de ces morceaux qui ne payent pas de mine… Qu'on écoute un coup et qu'on aime bien… Qu'on se remet à l'occasion, car il donne le sourire, avec en plus ce genre de petit passage de détail comme on peut les aimer ("L'amour, toujours, l'amour" ici), un solo génial (c'est très subjectif, ça, la "génialité" d'un solo de guitare, je suis d'accord), des chœurs entraînant à vous faire danser dans la rue, et puis, sans même qu'on s'en soit vraiment rendu compte, il trône, là, fièrement en tête des morceaux que vous avez le plus écouté ces derniers temps (J'ai un arbitre infaillible: iTunes.)

 

Alors je vous laisse avec lui. Ca m'évitera d'avoir à trouver une chute.

 


Par Guic ' the old - Publié dans : Oh et puis f*** les catégories! - Communauté : Le Monde du Rock
Voir les 11 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés