Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 14:28

Le vendredi, on avait lutté pour sortir du festival. Samedi, c'est l'inverse. Convaincus que, quitte à se planter et à sortir par le parking plutôt que la sortie piétonne, il valait mieux y être garé, au parking, on tente d'y trouver une place. Enfin, déjà, il aurait fallu trouver l'entrée.

Après l'avoir loupée, s'être offert un détour dans Boulogne, avoir tenté de demander au GPS de trouver un parking pas trop loin…. Et qu'il nous croie arrivés après nous avoir guidés sur la bretelle d'autoroute qui passait au-dessus du parking en question, on a pris la décision qu'on aurait du prendre dès le départ: Retourner se garer au parking en centre ville où on était garés la veille, et rentrer par l'entrée piétonne.

 

(Marrant, dit comme ça, ça parait simple – et ça l'est – mais ça paraissait presque trop simple sur le coup)


 

Et là on retrouve Thomas et madame, on attaque les bières. Je voudrais bien voir Stereophonics (second et dernier compte à régler à mon adolescence), mais Thomas, ça le branche moyen. Le compromis se trouvera de lui-même: d'où on est, on entend assez bien, et j'arrive à voir les écrans sans problème. En plus, on a pas grand chemin à faire pour retourner chercher des bières.

 

Stereophonics a compris ce que Blink n'avait pas compris la veille: nous ce qu'on veut c'est du concert best of, avec les trucs qui passaient à la radio quand on était jeunes, ces morceaux qui ont fait qu'on les a découverts et aimés avant de les renier, et que si c'était possible de pas jouer le morceau sur lequel on s'est pris ce râteau déchirant en terminale ce serait un plus.

Alors là, contrat rempli. Moi qui n'ai pas du écouter leurs nouveaux albums depuis près de 5 ans, j'ai reconnu tous les titres, principalement issus des 3 (voire même des deux) premiers. Arrivés un peu tard pour "A thousand trees", on a quand même pu profiter de " Just lookin'", "Mr. Writer" (si, Thomas), et même un "Local Boy in the photograph" qui fait un bien fou.

 

Ce n'était bien entendu pas un concert exceptionnel, mais c'était un concert agréable: sans surprise et donc sans déception, où on a droit à ce qu'on était venu voir, simplement, autour d'une bière… une certaine idée du bonheur et de la simplicité, tout bêtement.

 

C'est alors qu'on s'est dirigés tranquillement, sur conseil de Thomas, vers le concert de Marina (sic – moi ) Topley Bird, dont je ne connaissais rien. Alors il parait, en vrac, que c'est l'ex de Tricky, qu'elle chante sur les albums de Massive et de Tricky, et que c'est vachement bien. Il parait aussi qu'elle a fait une très bonne reprise de Tricky pendant ce concert.

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc4/hs364.snc4/44758_1590270514504_1168091021_1694789_2786793_n.jpg


Moi ça m'a permis de découvrir à quel point c'est quand même ardu de s'intéresser à un concert d'un artiste qu'on ne connaît pas (j'imagine rétrospectivement le calvaire que ça a du être pour le douce demoiselle m'accompagnant tout ce WE… Désolé). Ce fut cependant un moment très agréable, le soleil pointant le bout de son nez, et moi pouvant me livrer à la pire de mes tares sans problème, à savoir: discuter pendant les concerts.

 

Et puis surtout, à ce moment là, dans ma tête, c'est surtout la set list parfaite pour le concert à venir qui prend forme, parce que bon, dans quelques minutes, je vois pour la première fois les Queens of the Stone Age (prononcer "kwotsa") sur scène.

On arrive devant la grande scène, et on est rejoints par Klak. Qui lui, est venu un peu pour ce concert là plus que les autres, avec son beau T-shirt "Songs for the Deaf" – moi perso j'arbore un T-Shirt Oasis du meilleur goût en ce Rock en Seine 2010. On a pas le temps de jeter un œil au stand de T-shirts le plus proche qu'on entend déjà résonner le début du concert.

 

Nicotine Valium Vicodin Marijuana Ecstasy and Alcohol….

 

Ah putain que c'est bon. "Feel Good Hit of the Summer". Autant le Summer c'est pas trop ça, autant je Feel Good.

Et puis les morceaux s'enchaînent… Dès le départ, c'est complètement limpide (Derrière "Feel Good…", "Lost Art of keeping a secret", enchaînement logique), petit détour du côté des meilleurs morceaux du dernier album ("3's & 7's", "Sick, Sick, Sick", et un morceau dont on va être obligé d'aller fouiller les setlists sur le net pour voir que c'était "Misfit Love" – comme quoi on a pas trop écouté cet album depuis sa sortie…)

Et maintenant, on tourne autour de "Lullabies to paralyze", avec Burn the witch.

 

Appel à un pote qu'on appellera "Condottiere" pendant le morceau.

 

Condottiere: Merci Mec, Chtif apprécie aussi (plus que ton article sur Arcade Fire)

Moi: Demande lui pdt quel morceau de roxy music je l'appelle demain! Et le nouvel arcade… A euy de me prouüer que g tort, sur scene, demain ;-)

 

(Les fautes sont d'origine)

 

Chtif: Ladytron.  Et: we used to wait d,arcade

 

Bon, pendant cet échange, le concert continue sur la grande scène. "Monsters in the Parasol" (c'est Thomas qu'est content, là), "Long Slow goodbye" (pour moi)… (et à peu près tous les morceaux joués pour klak.)

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc4/hs362.snc4/44494_1590272274548_1168091021_1694794_5052264_n.jpg

 

Une chose est sure, on apprécie tous bien ce concert, qui, bien que carré, réglé comme un métronome, respire l'envie et la vie, et puis, bordel, Josh Homme, quelle classe! (J'ai pas l'habitude d'envier les gens, mais là, je donnerai je sais pas quoi pour avoir le quart de son charisme.)

Et puis, d'un coup, on commence à tilter: on a eu droit à des morceaux de tous les albums, sauf le premier (mais ça on s'y attendait), et… Songs for the deaf. Gros manque. T'inquiètes, Guic, Josh et ses potes sont là pour t'emmener bien loin, pour quitter St Cloud et son temps moyen, pour une bonne ballade dans le désert du Mojave.

Apothéose et apocalypse: Go with the flow / No One knows / A song for the Dead.

Et bye-bye.

Et merci.

 

Pendant "No one knows", j'appelle un de mes potes, qu'on appellera "Seb", un des plus gros fans des QOTSA dans mon entourage, et sa réponse résume à elle seule à quel point j'ai adoré ce concert (en creux):

 

Seb: Profites bien ptit salopard.jsuis deg tu me raconteras.bises

 

(Evidement, comme je suis un salopard, je l'ai rappelé pendant "A song for the Dead", notre préférée à tous deux.)

 

Très bon concert, assurément. Et pas que pour moi. Jetant un coup d'œil occasionnel à Thomas et à klak, je peux vous dire qu'on remuait la tête avec une motivation exemplaire, et totalement en phase. Je ne saurais être très objectif, car c'est la première fois que je les voyais sur scène, mais un tel set d'une petite heure ne donne qu'une envie: prendre sa place quand ils passeront dans en tête d'affiche à Paris.

(Et ce coup-ci, Seb, tu viendras squatter à la maison, on ira les voir ensemble.)

 

Pause repas pour klak &co, vu que nous on s'est sustentés avant le concert des Reines de l'Age de Pierre.

Et dilemme. Pendant qu'on entend, vite fait, en fond, LCD Soundsystem, on se pose la question: Massive Attack ou Jello Biafra?

Quel degré de légende? Quel degré d'activité? Tête d'affiche ou Fou furieux injustement relégué en dernière ligne sur l'affiche? Grande scène ou toute petite scène (= concert sur écran ou in flesh). Déjà que moi, je me poserai vraiment la question, le fait est que je ne suis pas seul, et j'ai bien du mal à deviner ce qui ferait le plus plaisir, comme concert, à ma moitié.

 

http://hangout.altsounds.com/geek/gars/images/5/4/7/1/phpafhtouam.jpgA posteriori, la réponse, c'était Massive Attack, mais Thomas et Carole m'offrent l'opportunité idéale pour esquiver l'enchaînement documentaire / pub / générique de Dr House, et aller prendre une bonne dose de folie furieuse dans la gueule.

 

(N'empêche, je vends vachement mal les concerts – on le verra demain, mais "un chanteur de punk hardcore avec une voix de méchant de dessin animé", c'était ptêt pas la description la plus convaincante.)

 

Et Jello… Ah, Jello. Je veux être dans cet état à cet âge là. Une présence, une force, une joie de vivre communicative… Et un don pour la harangue qui impressionne vraiment. Ca bondit, ce gesticule, c'est plein de rage et de hargne, plein de force et de colère… C'est du vrai, du beau, du bon punk. Purement fascinant.

Et quand résonnent les premières notes de basse, puis un "I am governor Schwarzenegger", on sait qu'on était au bon concert ce soir là (impression renforcée par un Josh Homme dodelinant, sourire aux lèvres, sur le côté de la scène), et on est là pour reprendre, en cœur avec les … 300 / 400 autres personnes présentes "California! Über alles! California üüüüber alles!"

 

Les morceaux de "The Guantanamo school of medicine" sont bons1, certes, et c'est un bonheur de voir Jello s'agiter dessus. Mais c'est quand l'équipe décide de nous ressortir les grands classiques des Dead Kennedys qu'on sent vraiment une vague déferler, emporter le public dans un délire, et, bizarrement, pendant un instant, on a beau savoir qu'il y a fort peu de chances que ça arrive, mais on croit au plus profond de soi que la musique peut vraiment faire bouger les choses.

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash2/hs185.ash2/44843_1590273994591_1168091021_1694802_6002615_n.jpg

 

Et au bout d'une bonne dizaine de morceaux, de discours (éminemment justes et… fins. Ca se limite pas à des "fuck les conservateurs", Jello est plus qu'un chanteur de punk, c'est un activiste), on se fait assomer par l'enchainement Holyday in Cambodia (putain, le public entonnant "Pol… Pot! Pol… Pot!" en chœur…) / Too Drunk to Fuck.

Puis Jello est a peine parti qu'il nous revient, nous laissant la porte ouverte, et le choix entre Police Truck, Let's lynch the landlord et "Something New". C'est bien évidement l'hymne caché du premier album qui en sort vainqueur. Let's lynch the landlord et bye-bye.

 

Et on redescend… On reprend une bière… on se dit que c'était quand même putain de bien.

 

Ce jour-ci, le retour se fera sans encombres, malgré le froid… Et moi sur un petit nuage de "quand même, la musique peut encore avoir cette puissance pour autre chose que me donner envie de me flinguer, de nos jours?"

 

Grande journée, vraiment.

 

 

Crédit photo (toutes photos): Cissie

 

1 Si j'osais la comparaison, je dirais que Jello nous a fait une setlist un peu du même ordre que Blink la veille. Pas mal du dernier album, mais aussi des bons tubes du temps passé. La grosse différence, c'est que le dernier album de Jello (a) date de l'an dernier, (b) est bon.

Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans It's a Live
commenter cet article

commentaires

Online Degree 28/09/2010 12:51



 






Online Degree




Online Phd




Mcitp Training




Life Experience Degree




online degree programs




MCSE training




Associate Degree




masters degree






Guic' the old 08/09/2010 18:13



Disons... Pas en public en fait.


 


(Après, j'admets que le sous-titre de cet article peut induire en erreur :-) )



Ska 08/09/2010 17:39



C'est bien ce qui me semblait, je me rappelais l'avoir lu quelque part, que tu n'étais pas du genre à danser... :-)



Guic' the old 06/09/2010 11:32



Cissie: Mais t'en fais pas. Par contre je réalise que j'ai omis de mettre un lien vers le compte-rendu de Thomas.


 


Ska: Pour Era Vulgaris, c'est ce que je réalise maintenant. Il y a dessus... au moins 5 chansons que je qualifierai maintenant de
réussies. (Contre 3 il y a encore 2 ans)


Ah, sinon, non, je ne me trémousse que rarement.  Et puis j'étais trop crevé à cette heure là.


drF: Je crois qu'en fait, cette seule phrase aurait pu parfaitement résumer la journée.


 


klak: Le téléphone, c'est une tare que j'ai... Et en fait j'ai des potes qui avaient "passé des commandes", et d'autres à qui je sais que
ça fait plaisir ce genre d'attention. Et les Qotsa, c'était juste fabuleux.


 


Dr F (bis): Kill the poor tonight! (il l'a pas joués celle là, tiens. Par contre, quel "Too Drunk to Fuck"!)



dr frankNfurter 04/09/2010 00:25



@ Klak: d'après toi, je déconne? Allons, allons ;-)


Kill Kill Kill the poooooooooor