Be Quick or be Dead

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Tell all the people

Mercredi 1 septembre 2010 3 01 /09 /Sep /2010 13:32

 

Remarque préliminaire: Ayant, dans le courant du festival, échangé pas mal de SMS avec des collègues blogueurs, ou reçu certains après avoir appelé des potes pendant les concerts, je vous reproduis, à fin d'illustration, des extraits de ces conversations en italique (dans le cadre, bien évidement, du Fair Use)

 

 

Enfoirés d'habitués (ou de locaux, je sais pas trop).

 

Excusez-moi de démarrer ainsi ce petit récit, mais vraiment, je lui en veux, au mec qui nous a indiqué le pont qui passe par-dessus l'autoroute pour accéder au Parc de Saint-Cloud, et non pas le passage souterrain que tout le monde empruntait. Parce que bon: une fois dans le parc, en se guidant au son, on a réussi à trouver l'entrée du festival, au bout de quelques temps, sans trop de mal. En plus, comme on débarquait par l'entrée qui correspondait aux parkings, il y avait pas trop de monde dans la queue, on est entré assez vite.

 

N'empêche, ça faisait bien novice, quand même.1

 

http://www.staragora.com/images/flux/250x250/7/0/070a47ce59c55545b1c72e09e74025f14c540aa674856.jpgQuoiqu'il en soit, c'est une fois posés dans les transats SFR2 qu'on est rejoints par Klak. On en profite pour s'attaquer aux premières bières du festival, histoire de saluer en beauté la montée à Paris de notre collègue et ami du Sud-Ouest.

 

Au loin, sur la grande scène, on annonce "Kélé". A savoir, donc, le chanteur de Bloc Party en solo.

Nous sommes, je l'espère, d'accord pour dire que généralement, les carrières solo sont moins réussies que la partie "carrière en groupe". (Je suis d'ailleurs infoutu de vous fournir un contre-exemple). Alors franchement, déjà que Bloc Party, bon, on se comprend… Là, Kélé et son electro-world-pop, on était bien contents de l'entendre seulement de loin. Et puis il y avait un brin de soleil de temps en temps, c'était quand même pas désagréable.

 

Accessoirement, on ne saurait ignorer que c'est ce soir là que doit jouer Blink-182, vu le nombre de gens arborant un T-shirt à leurs couleurs (T-shirt Blink dont les stand de merchandising dégueuleront tout le WE, proposant bien plus de modèles, et durant bien plus longtemps, que pour la plupart des autres groupes.)

 

Moi: Pas vu une telle profusion de T-shirts Blink depuis mon bac!

Thom du Golb: Ah tu y es aujourd'hui? Désolé je ne savais pas. Amuse toi bien.

Moi: 3 jours!

Thom du Golb: C'est presque du vice

 

Finalement, on se dit qu'on est quand même là pour voir des concerts, et qu'il serait temps de se diriger vers une scène. Ce sera la scène de la Cascade, où a lieu le concert de Foals. (Remarque: il y a 3 scènes. La Grande, La Cascade (moyenne), l'Industrie (petite). Quand il y a concert à la Cascade, c'est le seul en cours. Quand il y a concert sur la Grande, l'Industrie tourne en parallèle. Donc à cette heure là, on avait pas le choix, si vous voulez.)

 

Moi: Dis-moi, foals, c'est un tribute band de Cure en fait, non?

Thom du Golb: C'est chiant, hein? :)

 

En effet, Foals, c'est… sympa, mais la voix du chanteur, décalque parfaite de  celle de Robert Smith, m'a quand même assez sévèrement traumatisé.

 

Passé le concert de Foals (qui s'est achevé sous une pluie torrentielle, de 10 minutes certes, mais quand même impressionnante), on se dit qu'il commence à faire faim, et on va casser une graine.

 

On se dirige vers la grande scène pour observer Cypress Hill. De loin, parce que juste après il y a Black Rebel Motorcycle Club qui commence et on préfère rater la fin du concert des rappeurs  que le début de celui de nos Hell's Angels préférés.

 

Il s'agissait là du premier concert de rap de votre serviteur, qui a assez sincèrement apprécié. En fait, le seul terme que je trouve, c'est "ça envoie". En plus, on a eu la chance qu'ils balancent "How I could just kill a man" (le seul morceau que je connaissais) dans les premiers, pour pas partir trop déçus, laissant Klak là avec des amis à lui.

 

http://4.bp.blogspot.com/_yYnc79mrVZE/S8NUl9K_fnI/AAAAAAAABn8/g8NmONtOg4k/s1600/webone.jpgB.R.M.C. On les avait ratés au Bataclan suite à une mauvaise gestion des dates, ce coup-ci on les verra. Avec en tête les échos en demi teinte qui nous étaient parvenus après le concert (trop long, parfois chiant…) en se disant qu'un concert de festival (soit une petite heure douche comprise, dans le cas présent) était peut-être le cadre idéal pour que B.R.M.C. se cantonne aux morceaux pêchus, aux hymnes, et évite de nous jouer une demi-heure de morceaux acoustiques tirés de "Howl".

Et on avait bien raison. Après un "Beat the Devil's Tatoo" d'ouverture qui pose parfaitement le décor (riffs pesants, batterie lourde aussi, basse ronflante), le groupe enchaîne un parfait mélange de titres de dernier album et d'hymnes tirés des précédents ("Stop", qui e fait toujours autant penser à du Oasis super heavy), avant de conclure sur un brelan d'As: Berlin, Weapon of Choice, Whatever happened to my rock n' roll.

 

Après ces trois titres, on quitte la scène de la Cascade repus, contents, prêts à aller en découdre avec son adolescence (même si on se retrouvera à rater le rappel de BRMC): Blink-182 nous attend.

 

Eh ben, pour les quadras bedonnants qu'on m'avait annoncé, ils tiennent encore la forme, les ados éternels du skate-punk californien. Ca chante toujours aussi  faux, et derrière, Travis Barker tabasse toujours comme un animal sauvage.

 

Et même mieux: le concert part très fort. Dumpweed / Feeling This /The Rock Show / What's my age again?. Ainsi délayé, Feeling This, passe encore a peu près bien. Mais derrière, j'assiste au pire ventre mou que j'ai jamais expérimenté en concert (voire même sur disque aussi): en fait ce groupe n'a pas encore compris, 6 ans plus tard, que son dernier album était à la fois chiant et plombant, et dépourvu d'émotion, et que c'est certainement pas pour entendre les morceaux de cet album qu'on vient les voir sur scène. Alors oui, ils ont entrecoupé cette série de morceaux d'autres albums. Genre "Stay together for the kids". Bonne idée à la con.

Heureusement, arrive "Always" (seul morceau du dernier qu'on a réussi à à peu près digérer), puis un peu plus tard "First Date", et on repart en arrière, vers les albums plus anciens, vers la fin du XX ème siècle… On alterne les morceaux de "Enema of the state" et de "Take of your Pants and Jacket", "All the small things" réveille la fosse, et on va même jusqu'à jeter un oeil du côté de "Dude Ranch" le temps de "Josie", avant de conclure le set sur "Anthem part 2".

 

http://www.francesoir.fr/sites/default/files/imagecache/article_image/robinet_a_breves_new_2010-08-28/photo_1282982099772-1-0.jpg

(Crédit photo: piquée chez Klak)

 


 

Bon, les choses sont fixées: j'apprécie toujours autant certaines de leurs chansons (c'est quand même vachement entraînant par moments), mais par contre les blagues entre les morceaux passaient moyen (j'ai plus 15 ans – ouah le scoop). Par contre, leur running gag de "je sors tous les mots que je connais en français", c'est con, mais ça m'a fait rire. (Oui, "Merci Soufflé Chateaubriand", moi ça me fait marrer, je peux pas toujours être au top)

Accessoirement, le "c'est notre dernier morceau, même s'il y en a encore 2 écrits en dessous" avant la conclusion du set m'a mis en joie. Peut-être que le rappel me convaincrait totalement (jusque là, presque rien de "Dude Ranch", très peu de "Enema…" sauf les tubes et les classiques – sauf Aliens Exist…)

 

Et ça s'ouvre sur… Travis Barker et sa batterie, sur une plateforme, avec un harnais, et c'est parti pour ce qu'on qualifiera de "moment de Tommy Leeisme", ça parle par soi même. J'aurais pas cru ça possible en 2010, ben si. C'est sans intérêt (comme à peu près tout solo de batterie) mais c'est marrant.

 

Puis le "vrai" rappel, a.k.a. l'erreur stratégique: Carrousel (tiré de "Cheshire Cat" et Dammit (tiré de "Dude Ranch"). Deux morceaux que j'adore, et sur lesquels j'ai vraiment été content d'être là… Contrairement, à, on dirait, le reste du public, qui dans sa grande majorité ne connaît pas ce qui furent les deux premiers tubes du trio californien… dans son pays. Parce que c'est quand même quelque chose comme 4 ans après Carrousel que Blink a été connu en France.

Alors quand Tom DeLonge a voulu faire chanter le public sur Carrousel… Je vous raconte pas le four. Je devais être dans les 0.5 % qui chantaient, mais j'étais trop loin.

Mais c'était sympa. Pas grandiose, mais sympa.

 


 

Et là, il faut rentrer. Et évidement, on sort par là où on est entrés. C'est-à-dire la sortie vers le parking. Mais comment sortir à pied via le parking??? Eh bien, c'est à croire que les voitures non plus n'ont pas du pouvoir sortir aisément vu qu'aucune des personnes indiquant aux voitures la direction de la sortie n'était foutue de nous dire par où on devait, nous, sortir. S'ensuit une longue errance, pleine de fatigue amplifiée par le froid de la nuit, dans le parc de St Cloud, de grille fermée en mur infranchissable. Jusqu'à ce que… Un gars, dont on ignore vraiment qui il était ne nous indique une grille fermée, certes, mais "franchissable". Comprendre: en se pliant bien comme il faut, on peut, une fois monté sur le muret adjacent, essayer de contourner les pics sur le côté de la grille et peut être sortir du parc indemne.

Ca fait beaucoup de conditionnels, pourtant certains du groupe de 30 personnes qui s'était formé au gré de nos pérégrinations s'y attaquent déjà.

Heureusement, alors qu'on inspectait la chute à supporter dans l'hypothèse où on préfèrerait se laisser glisser de l'autre côté du muret (environ 3 m / 3 m 50), le gardien est arrivé, et nous a ouvert la porte de sortie, non sans nous avoir copieusement engueulés: on peut s'en retourner vers le centre ville récupérer la voiture, et rentrer dormir du sommeil du juste: une copieuse journée nous attend le lendemain.

 

 

 

 

 

1 Novice, oui. Mais pas "provincial" comme celui qui a confondu "Porte de Saint-Cloud" et "Pont de Saint-Cloud".

2 On a beau pas être sponsorisés ici, je me verrais sûrement dans l'obligation d'évoquer quelques-uns uns des "marchands du temple Rock" dans le cadre de cet article à des fins de géo-localisation du lecteur.

Par Guic ' the old - Publié dans : It's a Live - Communauté : Le Monde du Rock
Voir les 16 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés