Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 21:00

Une fois par an n'est pas tout à fait coutume, parlons bouquins. Parce qu'au final, je le réalise maintenant, en 2009, j'en aurais bouffé du livre sur le Rock. Et pas qu'un peu.

Plutôt que de vous en livrer de longues critiques complètes et exhaustives comme je sais si peu les faire, je vous propose de passer en revue les plus et les moins les hauts et les bas accueillis cette année par ma bibliothèque.

 

Nous sommes jeunes nous sommes fiers, la culture jeune d'Elvis à Myspace, par Benoît Sabatier.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51IPoYbLI8L._SL500_AA240_.jpgVoilà, ça a commencé avec ça. Un énorme pavé sur l'évolution de la culture jeune, écrit par le rédac chef adjoint de Teknikart, et, promis, je l'avais déjà acheté quand je m'en suis rendu compte. Et franchement, si la somme documentaire est impressionante, j'en suis ressorti avec une sorte de goût amer, à cause d'un livre qui… sent un peu le vieux. Une sorte de côté assez réac, qui est là pour soutenir une thèse tout à fait honorable, par des moyens qui le sont moins.

L'idée c'est de considérer 1984 comme une année charnière avec, dans cette année là, Madonna, Mickael Jackson et MTV qui explosent… Et les dérives associées qui vont avec. Et, pour moi, pas de problème, je veux bien y croire. Mais chercher à faire de l'avant 1984 un monde idyllique de productivité et d'art pur et dur, pour l'opposer à un après 1984 purement mercantile et basé sur l'exploitation et l'abêtissement de l'ado commun et de son porte feuille, on a connu plus fin, et, surtout plus vrai.

Heureusement d'ailleurs que Cobain a fini par se suicider, il est le seul à trouver grâce aux yeux de l'auteur, pour qui chaque personne rencontrant le succès est forcément le pillard des idées des anonymes, d'Elvis aux Beastie Boys.

Je passerai rapidement sur le bien fondé de l'idée de prendre Taxi Girl comme exemple parf&ait de cette évolution: un groupe connu d'une personne sur six et apprécié d'une personne sur douze, on a fait mieux.*

 

http://pan5.fotovista.com/dev/5/5/03676755/l_03676755.jpgAlors évidement, derrière ça, souillé (beuh, Teknikart) et piteux, je suis revenu vers la maison mère: "Génération Rock & Folk, 40 ans de culture rock".. Il me faisait de l'œil depuis un bout de temps, je me sentais mal, pas sur de moi, piteux, vaguement honteux, je me suis pas fait prier. Bon, faut être lecteur régulier pour apprécier toutes les subtilités, mais les autres peuvent apprécier aussi. Parce qu'outre le destin (bourré de remous) d'un magazine qui, qu'on le veuille ou non, est historique, c'est surtout 40 ans de pop qui sont réusmés ainsi, des évolutions, des trains pris en marche ou ratés, des aiguillages mal agencés, un récit fascinant entrecoupé d'extraits d'articles pour certains quasi mythiques , de "Je chante le Rock électrique" aux fameux "40 pires groupes de Rock".

Bon, la continuation logique, derrière ça, ça reste le fait que j'aihttp://medias.fluctuat.net/livres/44/4418-medium.jpg lu, oui, je l'avoue, "Dur à cuir", le recueil d'articles de Philippe Manœuvre, que, je dois l'avouer, j'ai adoré. Car il faut pas oublier qu'avant d'aller se pavaner tout en Ray – Ban et T-shirt Stones sur la plateau de la Nouvelle Star, tonton Philippe fut avant tout un journaliste de Rock à la plume alerte qui a vu du pays. Et qu'il aille à un concert de Status Quo ou suive Mötorhead en tournée de concert ou Gainsbourg en tournée des bars, il a (avait, malheureusement), une gouaille typique au service de la création d'un personnage, d'un "rock – critic" à moitié mythomane dont on suit les aventures avec plaisir…

Et n'oublions pas non plus les extraits de la rubrique "simplet", véritables collection d'anathèmes et d'aphorismes sur les singles de l'époque dont certains sont (malheureusement) encore d'actualité…

Bref, un grand moment de réjouissance… qui malheureusement laisse vite place à la rancœur à la lecteur de n'importe quel édito de n'importe quel R&F de l'année (sauf celui sur la proposition de l'ouverture de coffee shops pour lutter contre la crise, celui là c'était drôle au moins.)

 

De Tonton Philippe à la "collection Philippe Manœuvre" des éditions Hoebecke, il n'y a qu'un pas, que constitue ce paragraphe. Mais nous verrons cela demain.

Partager cet article

commentaires

Guic' the old 14/01/2010 10:05


Bien d'accord avec toi (sac à papier serais-je tenté d'ajouter ;-) )
Les légendes de R&F resstent toujour sun grand moment d'amusement. Y en a pas qui me reviennent comme ça, mais c'est généralement à base de jeux de mots assez pourris, j'adore.


alf 13/01/2010 22:44


ouille-ouille, j'ai glissé patron! mon com devait se caler sur l'article du 7, sorry...


alf 13/01/2010 22:42


pr rester sur les formules courtes et rigolotes (// le bq sur la mauvaise foi en rock), j'aime encore bien les légendes qui ponctuent parfois avec un peu de perlinpin ou de poil à gratter les
photos de rock et folk ( où l'humour doit se cacher ds ce mag', hein!:)
pâcome donc : avec un prénom digne du maire de champignac, le bonhomme ne peut pas être mauvais. il était  ce soir ou jamais" lundi, pr parler de son bq:

Guic' the old 08/01/2010 11:56


Ska: Les années 80... C'est flippant. En fait, ce serait presque le truc le plus représentatif de la thèse développée par Sabatier, les
couvertures 80's de R&F...
Reste que... En fait je préfère (honneteté intellectuelle oblige) taire un truc plutôt que d'en parler et d'être obligé de le tordre et le déformer pour qu'il rentre dans la ligne directrice de ma
pensée...

Arbobo: Moi, 13 (12 numéros, un HS) ;-)


arbobo 08/01/2010 11:52


on aura ce débat un autre jour guic, mais justement manoeuvre je l'aime bien :-)

cela dit je l'ai acheté 2-3 fois cette année