Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 09:45

Préambule:


Ben quoi? Y a pas de raison. L'idée m'avait effleuré à partir du mois de Novembre dernier, mais finalement, je me suis dit qu'il était aussi bien de me lancer avec la nouvelle année. Eh oui, à mon tour de faire mon malin et de lancer mon top à moi. Avec, cependant, un certain nombre de différences, par rapport à ceux que les autres entretiennent:


 

1. Ce sera un top, non pas d'albums, mais de chansons.



2. Il ne se limitera pas aux sortie de la seule année 2010. En fait, ce sera mon top de 2010, mais pas mon top sur 2010 si vous voulez.



3. Il ne classera pas vraiment "mes chansons préférées", mais les classera selon une donnée bien plus objective: le nombre de fois que je les ai écoutées. (Plus objectif, certes, mais ça reste un bon indicateur de mon goût du moment.)




Normalement, là, vous avez compris que je vais vous recopier le top 10 du nombre de lectures dans mon iPod, et vous tombez juste, mais non c'est pas "juste un truc de branleur", c'est au contraire extrêmement représentatif de mes écoutes du moment.

 

En effet, j'écoute de la musique principalement de cette façon. Dans les transports, au boulot, parfois même en m'endormant, soit donc, au final, la majeure partie du temps que je passe éveillé.

Fixons cependant un truc: comme je suis malgré tout un grand auditeur d'albums complet, seule la chanson la plus écoutée de chacun sera mise dans le classement, on évitera ainsi qu'un même album truste les 10 premières places ce qui serait presque le cas ce mois – ci.

 

Ne vous en faites pas, j'ai conscience des limites du truc, à savoir que n'y seront pas comptés les CDs et les vinyles que j'écoute autrement. Mais, comme c'est ma façon majoritaire d'écouter de la musique, d'un autre côté…

 

Avant de passer au top 10 du mois, j'ai cependant une question à vous poser: que préfèreriez vous pour février et les mois suivants? Un top du mois écoulé, ou un classement sur l'année et son évolution au mois par mois?


 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f4/Janus-Vatican.JPGAllez, pour ce mois de janvier finalement encore bien influencé par les découvertes de fin 2009, ça donne ça:


 

1. Sunset Rubdown – You go on ahead (Dragonslayer, 2009)

 

Une chanson de mon album de l'année 2009 pour démarrer, c'est logique. Que ce soit celle-ci, moins. Si on m'avait demandé l y a encore deux mois ma chanson préférée de cet album, j'aurais à coup sur cité une des quatre premières. Mais les faits sont là: elles sont peut-être splendides, mais la grandiloquence, au bout d'un temps, ça peut lasser, et, fatalement, ça lasse. D'où finalement celle – ci, un ton moins flamboyante, mais finalement bien plus émouvante, tenaillante, plus simple et donc plus belle, finalement.

 

2. Benjamin Biolay – Si tu suis mon regard (La Superbe, 2009)

 

Eh oui, je me suis fait avoir, comme les autres. Une grosse claque dans ma gueule, certes pas par l'album entier, mais bien par la moitié de celui-ci, par une dizaine de chansons qui sont au – dessus, mais tellement au-dessus de ce que j'ai pu entendre de récent en langue française… Celle-ci est en tête car plus légère (pas plus joyeuse, cependant), plus entraînante, moins plombante qu'un "Ton Heritage" par exemple, mais nombreuses sont celles qui squattent dans les premières places du "vrai classement".

 

3. Black Sabbath – Black Sabbath (Reunion (Live), 1998)

 

Idem, présence logique. Ce morceau en particulier, un peu moins. Raisons: 1. Dans ce live, il y a du bavardage à la fin de N.I.B., ce qui fait que j'en saute généralement la fin. Et que cette écoute n'est pas comptée par la machine (la méthode choisie montre déjà ses limites, merde). 2. C'est un des morceaux que j'ai "redécouverts" via ce live (pour tout dire, je croyais bien m'en souvenir, alors que j'avais oublié à quel point la fin était rapide et enlevée… Dingue, non?) 3. En général, quand je m'attaque au CD 2 du live, je démarre par celui-là, donc, fatalement, il passe plus souvent que les autres. 4. L'autre jour j'étais bloqué dans le RER pendant 30 minutes, je l'ai écouté en boucle. Ca l'a bien fait avancer dans la course à la lecture.

 

4. Wolfmother – Far Away (Cosmic Egg, 2009)

 

Quota midinette en vue. J'y peux rien, j'adore ce morceau. C'est juste un slow parfait, avec entrée tardive de la batterie, levée de batterie, solo, refrain larmoyant et con, et re-solo. Autant Cosmic Egg était décevant, autant ce morceau est… décevant vu ce qu'on aurait attendu de  Wolfmother, mais quand même vachement bien pour avoir envie de retrouver ses 15 ans. Gros défauts: Je crois qu'il parle effectivement d'amour (les bons slows n'ont aucun rapport avec les sentiments, mais parlent de drogue), et il dure 3 min 30. Cette durée en fait un slow imparfait, mais un morceau qui peut boucler allègrement pendant qu'on gueule comme un damné.

 

5. Guns N' Roses – Think about you (Appetite for Destruction, 1987)

 

N'allez jamais boire des bières avec Xavier et Chtif si vous êtes réfractaires aux Guns. Parce que c'est une référence commune ("non, mais sérieux, y a eu quoi dans le Rock qui soit vraiment mythique, depuis les Guns, j'te demande?"), et parce que fatalement vous allez vous sentir obligé de les réécouteR. Et moi comme un con, j'ai bloqué sur un morceau noyé au milieu de leur grand album, pour la raison la plus con du monde: pendant le refrain, y a une petite ligne de guitare derrière qui, d'un coup, rendrait presque le truc déprimant, alors que merde, les Guns c'est fun normalement. Et moi, si ne serait-ce que 10 secondes me plaisent dans la chanson, je suis capable de me la repasser 10, 20 fois rien que pour les réentendre. Dont Acte.

 

6. Mano Solo – Je taille ma route (Dehors, 2000)

 

Je le confesse ici: avant qu'il ne meurre, je ne m'étais jamais vraiment interessé à Mano Solo. Pour un mec qui déplorait de ne découvrir en général les artistes que trop tard, ça la fout mal. On se dit qu'on a le temps de s'interesser aux vivants, et puis, d'un coup… Bon, je savais qui il était, mais ne m'était jamais penché sur sa musique. Erreur réparrée, ou presque: la sensation qu'on ressent en entendant cette chanson vibrer de vie, et en se disant qu'il vient de mourir, c'est quand même quelque chose d'assez bizarre.

 

7. Rancid – East Bay Night (Let the dominoes fall, 2009)

 

Il est pas dégueu en fait, le dernier Rancid. Je l'écoute pas mal, quand même. Cette chanson étant celle qui l'ouvre, je l'ai écoutée plus que les autres. Voilà. Sinon, ça va vous?

 

8. Ramones – The K.K.K. took my baby away (We're outta here! (Live), 1997)

 

Hasards du mode Shuffle. Quand j'ai envie d'avoir un fond, un truc pas prise de tête, je me mets les Ramones dans les oreilles. C'est simple, du Ramones, j'en ai quasiment tout le temps dans mon lecteur (du Beatles aussi mais pas pour les mêmes raisons). Après, bon, c'est pas le genre de groupe dont les albums doivent obligatoirement s'écouter dans l'ordre. Les lives, encore moins. Alors bon, Shuffle. Et c'est comme ça qu'on se retrouve avec une chanson, qu'on aime bien, certes, mais quand même, toute seule comme ça, à se colleter avec les cadors qui trustent les hautes sphères. Boarf, ça fait pas de mal. 1, 2, 3, 4!

 

9. Adam Green – Jessica (Friends of Mine, 2003)

 

Bon, j'ai découvert Adam Green très récement, c'est un fait. Par conséquent, cette petite chanson, cette ode à Jessica Simpson (qui n'a, finalement, rien fait pour la mériter), mignonette, et pourtant acide, elle est juste très bien. Son seul problème, c'est qu'il faut écouter No Legs, quelques piste plus tard, pour réaliser à quel point, en fait, Jessica était une chanson classe.

 

10. Romain Humeau – Beauté du Diable (L'éternité de l'instant, 2005)

 

Conséquence du concert de Novembre dernier: j'ai réécouté l'album solo de Romain Humeau. Il n'est pas parfait, certes, mais contient quelques titres pas dégueu du tout: Sans faire exprès, Je m'en irai toujours, S'enflammer, Leurs échines… Et bien sur, Beauté du Diable. Tout y est parfait dans cette chanson, le rythme saccadé (idéal pour quan don doit se motiver à marcher parce qu'on a raté le bus), les guitares, le texte, le côté sarcasme désoeuvré… Voilà une chanson dont je crains qu'elle ne soit pas assez connue, et dont je suis ravi de pouvoir vous parler. Ecoutez la bien.

 


Partager cet article

commentaires

Miss Misery 14/04/2010 17:18



A quand le retour du concept des 80 minutes?


J'en ai une déjà faite de 4800 secondes exactement :)


Pour ce qui est de l'article sur Chilton mon père l'a vu à Lyon (comme il a d'ailleurs vu Television, les Clash ou encore les Saints et les Jam-c'est ça d'être né dans les années 50)



Chtif 19/02/2010 20:13


bon, alors, t'as trouvé maintenant d'où ça venait le "don't believe that love is going to last forever" que je beuglais par ta faute ?


Jul 06/02/2010 11:37


Je ne suis pas d'accord sur Adam Green ... Jessica Simpson c'est une chanson qui sait parler (de façon très juste en effet) de déception amoureuse telle qu'on en connaît tous. Les rares fois où je
l'ai écoutée ça me rend toujours mélancolique. Et pourtant Adam Green n'est pas un chanteur que j'écoute facilement, j'en suis restée à trois chansons de lui en tout.


Guic' the old 04/02/2010 17:16


Ah mais Xavier... Je fais le tri en amont, aussi. Mais j'aimais bien Appetite. La discussion m'a surtout encourragé à rejeter une oreille sur
"Use your illusion"... Qui est moins mauvais que dans mon souvenir, mais gagnerait à être simple (on éviterai des trucs comme "My World"... enfin j'espere.)

Pyrox: Autant pour moi.


pyrox 03/02/2010 13:39


ouep, je suis sûr. Used to love her, originalement sur l'album G'nR Lies.