Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 14:26

Des fois, la déprime pointe son nez dans l’horizon morne que contemple le Rock-Addict. Et, tout Rock-Addict qu’il est, il a du mal à trouver comment s’en sortir. En conséquence, il décide généralement de noyer son mal-être dans l’alcool, les clopes, et la musique. Mais au bout d’un moment, l’argent venant à manquer et le cliché Bukowskien devenant trop lourd, il en est réduit à ne se satisfaire que de la musique pour passer outre ces moments de déprime.

 

Allez, les amis, composons ensemble une compilation de déprime idéale. L’idée première est la suivante : commencer par une phase descendant, une face A dont le but est de descendre encore et toujours dans les tréfonds du chagrin et de la souffrance, dans cette sorte de masochisme forcené qui consiste à écouter des morceaux plombants quand on a déjà pas le moral.

Et évidement, la face B, c’est celle qui consiste à remonter. A petit à petit, partir de ce point bas pour rehausser peu à peu les indicateurs de moral, redonner un peu de sourire, afin de pouvoir conclure sur (l’illusion de) la félicité retrouvée.

 

Alors attaquons par la face A, celle qui fait bien morfler. Je la fais simple, abvec une logique de 5 morceaux par face, ce qui me rapprochera, en termes de réflexions, de mes habituels top 5.


 

1. The Killing Moon – Echo & theBunnymen.  

 

J’ai peur de na jamais avoir véritablement saisi le sens de cette chanson, certes.  Mais il y a dedans une telle mélancolie, une telle tristesse en fond… Et un abandon dans la voixde McCulloch, en particulier sur la fin du morceau, où on sent qu’il lache vraiment prise, qu’il laisse tomber le peu de hargne et de motivation qui lui restait.

 

 

 

 

Too late to beg you or cancel it, Though I know it must be the killing time, Unwillingly mine…

 

2. I know it’s over – The Smiths.


Passé l’erreur involontaire mais chère de conséquences de la chanson précédente, arrive l’auto-apitoiement et surtout, l’autodestruction rhétorique, cette tendance à se haïr, à s’agonir d’injures soi-même, à se réduire à moins que rien.

 

 

 


tonight is just like any other night That's why you're on your own tonight…

 


3. The River – Bruce Springsteen


Vient maintenant l’heure (l’heurt) de la nostalgie, du temps béni ou tout allait mieux, à commencer par soi – même, avant qu’on ne perde tout, à commencer par sa confiance en soi, les choses qui nous sont chères, et le moral – fatalement.

 

 

 


Now those memories come back to haunt me They haunt me like a curse Is a dream a lie if it don't come true Or is it something worse


 

4. Tear – The Smashing Pumpkins

 

Allez, achevons nous dans la joie et la bonne humeur. Cette chanson m’a toujours fascinée pour une raison un peu absurde : Le son produit par les cordes et la batterie, enfin… la musique, quoi, juste avant ce qui peut faire office de refrain dans cette chanson, m’a toujours fait l’effet de vouloir donner l’idée du bruit que peut faire le ciel quand il tombe, se fend, et éclate en larmes de feu sur nos têtes insouciantes.

Bon, je fais un peu dans le lyrisme abusif, mais ce passage me fait toujours l’effet d’un échantillon sonore de l’apocalypse.

 

 

 

 

 

where is your heart? where is your heart gone to? tear me apart…


 

5. Let Down – Radiohead.

 

Nous y voila. A l’heure de la transition , le bas de la pente, l’endroit où il nous faut acquérir suffisamment d’élan pour espérer pouvoir remonter. Evidement, c’est à cette chanson de faire la transition : Particulièrement plombante, mais pleine d’espoir dans les derniers vers… Bientôt le moment d’attaquer la montée. Courage, reprends espoir.

 

 

 

 

 

you know where you are with floor collapses floating bouncing back and one daaaaaaaaaaaayyyyy  I am gonna grow wings 

 

 

 

Maintenant, nous viola à la croisée des chemins. C’est l’heure de s’harnacher (s’acharner ?) pour se préparer pour la montée.

Mais, ça, on verra plus tard. (Parce que pour l’instant j’ai que 3 titres en tête)

 

 

 

Il va de soi que si, à votre tour, vous voulez proposer vos 5 titres pour votre phase / face A personelle, vous y êtes bien évidement invités.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guic ' the old - dans Compilations pirates
commenter cet article

commentaires

Coffict 31/05/2011 18:18



Avant que la face B n'arrive...


 


Elliott Smith - I Didn't Understand : J'ai un peu du mal à concevoir ce genre de playlist sans une chanson de ce mec. Dans le même ton que Vchild donc, ça sera celle ci pour
ma part, où déprime rime avec solitude.


Sparklehorse - Dream For Light Years In The Belly Of A Mountain : Idem, les chansons de Linkous collent parfaitement au thême. Celle ci est longue, mélancolique, pesante...
et magnifique.


Noir Désir - L'appartement : L'album dans son ensemble ne me fait pas sauter de joie.


Mark Lanegan - Resurrection Song : La guitare, la voix, bordel la voix, le texte... Tout est là, ce n'est pas particulièrement déprimant, mais il y a une telle lassitude,
une telle mélancolie, on sombre sans s'en appercevoir.


Soap & Skin - Marche Funèbre : Histoire de se finir comme il se doit.


 


A noter que niveau déprime, Morissey a fait quand même très fort avec son "I know it's over" que j'aurai proposé volontiers s'il n'avait pas déjà été mentionné.


Quelques belles découvertes en passant par ici sinon, ça fait toujours plaisir !



Vchild 18/05/2011 19:56



Chouettes playlists ! Chouette idée ! Ce qui est marrant (sic) avec les chansons tristes c'est qu'on n'a pas forcément envie de les partager, pour diverses raisons. Je m'y essaie quand même,
j'espère être dans le ton.


 


Elliott Smith - Alameda Ruminer une rupture/dispute
toute fraîche, c'est commun. Réaliser qu'à la source de tes emmerdes, il y a souvent tes propres névroses et que l'autre n'y est pas forcément pour grand chose, on s'en passerait volontiers.
Merci Elliott!


Dominique A - Je suis une ville  TOUT est dans ce patelin
grisonnant : l'ambiance lugubre, la frustration, le dépit, l'isolement, la mort . Pas toujours fan de Dominique mais ce
morceau est délicieusement plombant.


Sonic Youth - Tunic Parfois, on voudrait tracer sa route, suivre ses envies,
ses ambitions. Pas évident quand papa, maman et la terre entière scandent "You are never going anywhere". Et en plus ils ont raison. (selon SY et la croyance populaire, ça serait plus une chanson
sur les Carpenters et l'anorexie, ce qui est évidemment faux)


Nick Cave & The Bad Seeds - Mercy Seat Je ne connais
pas plus rageur et désespéré. Voilà. Je crois que sur la blogosphère tout le monde a SA version fétiche du morceau, voici la mienne.


Low - Death of a Salesman C'est l'heure du bilan. Ta vie est globalement
ratée, tu n'as pas réalisé tes rêves, tu es rentré dans le rang, soit. Mais allez quoi, il y a toujours la douceur du foyer et l'épouse aimante. Il est temps de tourner la page. (vivement la
prochaine liste qu'on rigole un peu plus ^^)



mb 17/05/2011 23:46



Ma petite composition pour mieux s'enfoncer dans une tristesse masochiste :


On commence en nostalgie avec Colorado Girl, une reprise de Townes Van Zandt par
Steve Earle.


Puis Bone Song par Timesbold pour se laisser aller encore plus vers une tristesse plus
personelle... 


Suivie de Drowning de Stereophonics pour s'enfoncer dans les abimes du désespoir...


Puis Sorry About the Doom de Slow Club...


Pour terminer avec Samson François et son interpretation du Nocturne n°8 de Chopin.


Ce n'est pas tout Rock'n'Roll, mais voilà !



Aaron Sanzio 17/05/2011 22:41



On m'a dit récemment que j'écoutais que des trucs tristes. J'ai réfléchi, et il semblerait que soit vrai. Parmi les chansons qui me font du bien quand elles dépriment tout le monde, il y aurait
forcément :


"Day Is Done" de Nick Drake (http://youtu.be/Y2jxjv0HkwM), "Cole's Corner" de Richard Hawley (http://youtu.be/ihUsm1xdPz4), "Bad Ambassador" de Divine Comedy (http://youtu.be/PaOy5LRMGGQ), "Is This What You
Wanted" de Leonard Cohen (http://youtu.be/pgUI9RB37ds) et "Rouge Rose" de  Daniel Darc (http://youtu.be/xJj39DzEyuA)


Bien entendu, écouter ce genre de trucs un dimanche après-midi d'automne pluvieux est fortement déconseillé.