Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 18:00

Cette chronique est faite dans le cadre du crossover des blogs organisé par Thom


Il y a des livres qui vous marquent pour un bout de temps. Ceux qu'on se retrouve à relire meme quand on s'en souvient parfaitement. Et meme pas par petits bouts, comme ca, d'une traite.

C'est ce qui m'est arrivé il y a peu avec ce livre, High Fidelity, de Nick Hornby.


Un livre, un disque, un film a toujours un contexte duquel on ne peut le dissocier... Remontons un peu le temps, vers ma première lecture de ce livre. Rob Gordon a 35 ans, j'en ai 16, bientôt 17. Il est passionné de pop music, je suis en train de le devenir. Il vient de se faire larguer par une fille prénommée Laura ... moi aussi. Voilà les conneries qui font qu'au bout de 3 pages, on arrive parfois à s'identifier sans problème à un personnage sans que l'auteur n'ait rien fait pour ça.


High Fidelity donc, ce livre que je lisais dans le RER, que j'ai relu dans le tram. Le roman d'une avancée dans la vie. Trois points de vue à s'offrir dans un unique roman.


Le point de vue du fan de musique, celui qui s'allimente des top 5 de Rob, Barry et Dick, la joyeuse équipe de vendeurs de Championship Vinyl, qui comme Rob rêve de s'envoyer une chanteuse pour finir dans les remerciements du livret d'un disque. Qui s'amuse lui aussi a faire le top 5 des groupes–qui-passeront-par-les-armes-quand-sonnera-la-Revolution-musicale. Il y a une chose qu'on ne peut pas renier... Hornby sait parler de gens qui parlent de musique. L'integrisme musical borné (Barry), la mauvaise foi (Barry), la volonté de faire découvrir des merveilles à tous 


(Dick) ou d'imposer ses gouts aux autres (Barry). Au milieu de tout ça, Rob essaye de regner sur son magasin, tourne, parle musique, prépare la musique pour son enterrement, et se confie.


C'est l'autre vision du roman, celle qui touche non pas l'amateur de musique, mais le gamin de 17 ans ou beaucoup plus... Rob vient de se faire larguer, et cherche à comprendre pourquoi. Oui, précisons que Rob se fait toujours larguer. La seule fois ou la rupture est venu de lui, il l'a regretté une semaine plus tard... on deviendrait largophobe à moins que ca. Le livre s'ouvre d'ailleurs sur ce passage à la fois hillarant et déprimant: le Top 5 des ruptures les plus douloureuses vécues par Rob. Tous les gars à qui j'ai fait lire ce livre se sont reconnus dans au moins 2 d'entre elles. Une bonne part de ce roman est basée sur une reflexion sur le sentiment amoureux... depuis le point de vue d'un monomaniaque. Est ce normal que, si je passe mon temps à courir après l'ombre de mon ex, ca foire à chaque coup? Est ce que je peux tenir avec une fille qui n'a pas les memes gouts que moi, surtout dans un domaine qui est ma passion? (En gros, puis-je supporter de vivre avec une fille qui écoute Bright Eyes de Art Garfunkel ? dans le bouquin). Pourquoi ca a déconné à ce point avec les précédentes? La reponse est toujours personnelle, pour chacun de nous, mais dans ce bouquin, on peut tous trouver des pistes.

 



 

Enfin... l'histoire de Rob et Laura. C'est un peu le but du bouquin. Et, ici encore des questions importantes et des réponses tellement ridicules qu'elles sont vraies. Ma copine vient de me quitter, m'abandonant dans mon grand appart vide avec ma collection de disques. Dois- je essayer de recoller les morceaux, ou dois je passer à autre chose? En attendant je vais mettre un vinyle et fumer une clope c'est ce qu'il y a de mieux a faire. Et qui dois-je blamer? Elle? Le mec pour lequel elle me quitte? La fille avec laquelle je l'ai trompée? Ou (gasp) moi?

Rob va devoir trouver des réponses à ses questions, et, par ce biais... Hornby nous donne un début de réponses aux notres.


Un roman important, à relire régulièrement, pour faire le point... Quels morceaux cités dans le livre ai-je découvert depuis ma dernière lecture? Combien d'histoires pourries ai-je maintenant en commun avec Rob? Suis-je plutot Rob, Barry, ou Dick dans ma manière d'évoquer la vie, et bien sur la musique? Suis-je moi aussi un loser? Oui bien sur. Nous sommes tous des losers. A nous de lutter. Contre les emmerdes, contre les fans de Supertramp, ... contre nous mêmes.


Merci Mr. Hornby.


PS: Notez qu'un film a été tiré de ce livre, aves John Cusack, Jack Black, Tim Robbins, bref plein de gens bien. La réalisation est de Stephen Frears. Mais lisez le bouquin avant quandmeme, meme s'il est fort réussi, drôle et émouvant. Seul défaut: Detroit remplace Londres dans le film. Un estrait pour la route: bonne ambiance un lundi matin chez Championship vinyls

Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans Festival de Reading...
commenter cet article

commentaires

sylvie 22/10/2007 19:30

salut,je fais le tour des crossover... pas mal le tien, et bien dans le sujet!

Guic' the old 10/10/2007 10:22

Mais G.T. y a pas de honte à avoir!! Mais maintenant tu dois rattraper tes erreurs passées ;-).C'est pas forcément une question de temps que de le lire vu qu'il fait dans les 250 pages et que ca se dévore super vite. En plus, je sais pas pourquoi, je suis sur qu'il risque de te plaire.

G.T. 09/10/2007 20:25

Très bon ton article... je viens poster ici en douce, après tout le monde.. parce que j'ai honte... honte de ne pas avoir lu ce livre, qui semble pourtant indispensable à tout amateur de rock. Le seul que j'ai lu de lui, c'est "31 songs". Je n'aime pas vraiment la plupart de ses "31 songs"... mais j'ai été captivé, c'est dire, justement, s'il est doué pour parler de musique.
En tout cas, ton article m'a convaincu de me jeter sur ce Hornby dès que j'aurais le temps et que je mettrais la main dessus à la bibliothèque...

yueyin 08/10/2007 21:32

ahhh c'était un truc pour me faire lire tous tes articles en fait :-)))Mais tu as raison, j'ai compris les premiers c'est après que ça s'est gâté ;-)

Guic\\\' the old 08/10/2007 14:17

Fab' --> Tres bon.Thom -->  Prends un efferalgan... Mais vite, hein!!yueyin --> Soit la bienvenue tout d'abord, et merci. Ensuite, t'as bien du comprendre au moins les trois premier commentaires... Pour faciliter la comprehension des autres, je ne saurais que te conseiller de lire l'intégralité des articles publiés ici. ;-)