Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 18:00

Pour Chtif et Thom, récents compagnons de galère.





"Nan, mais, s'tu veux, je te graverai un CD".

 

Je commence souvent de mes phrases par "Non, mais, … ". Trop souvent. Et je regrette 90 % de celles-ci. Celle qui a été reproduite ci-dessus (et qui d'après nos soins serait du Guic' circa 2000 – 2003) et certainement la pire de toutes, d'autant plus que je trouve moyen de la sortir encore à l'occasion.

 

Parce que Rock-critic, c'est la classe. Tant que ça reste en superficie. Une personne, quand elle sait le temps que je passe à acheter des disques, ça la fait rire. Si elle est là pendant que je les achète, si elle assiste à mes incessants va-et-vient au sein des rayonnages, au fil des noms à vérifier qui me passent en tête… Elle risque de tout simplement péter un sévère câble.

De même, quand on rencontre de nouvelles personnes, il y a un laps de temps profitable qui sépare la découverte de votre passion musicale et le moment ou vous passez pour un snob qui n'aime rien. Un moment ou votre maniaquerie est drôle. Voire intéressante, parce que bon, évidement, vous connaissez plein de trucs. Et pendant un temps, les gens seraient presque intéressés à l'idée de partager votre savoir.

 

 

Enfin, je dis les gens… Mais les gens on s'en fout. Je pense surtout … à "la gent". Féminine.*

 

Des fois, les choses s'arrangent de telle sorte qu'une demoiselle s'intéressant peu ou prou à la musique vous intéresse, vous. Et là, la phrase maudite risque de passer vos lèvres sans que vous vous en rendiez compte.

 

J'ignore encore quel rouage de l'esprit est capable de nous faire faire (non: de me faire faire) des mixtapes, des compilations, des trucs comme ça. C'est un cliché, j'en ai conscience, et pourtant j'arrive pas à m'empêcher. Ca arrive en troisième place au grand concours de la manœuvre d'approche sentimentale la plus vouée à l'échec de tous les temps (Derrière "Tu veux être ma copine ?" et " On boit un verre ou on nique? Perso j'ai pas soif"). D'expérience je crois pas avoir eu d'histoire tenant plus d'une semaine avec une fille à laquelle j'ai refourgué de la musique pour la séduire.**

J'ai bien une hypothèse: je suis si timide que j'ai besoin de passer par le biais d'autres artistes pour exprimer ce que je ressens de façon correcte. Cette hypothèse fera sûrement marrer ceux qui connaissent ma grande gueule, mais bon.

 

Sans compter que proposer cette idée,  c'est signer pour s'offrir une grande séance d'analyse de sa propre psyché. (Façon classe de désigner la branlette intellectuelle)

 

Car sous couvert de graver un simple CD, c'est tout un lot de questions qui se ramène tel des lemmings au bord d'une falaise.

 

Déjà tu commences par être écartelé entre le but avoué (faire découvrir des morceaux et / ou des artistes que tu trouves sympa) et le but sous-entendu (une déclaration discrète, mais classe). Sachant qu'à moins d'avoir affaire à une gourdasse finie, le but sous-entendu risque d'être plus cherché par la destinataire que le but avoué. C'est bien pour ça qu'il est sous-entendu, et pas caché.

 

Alors au final, tel un funambule des sentiments,  on se retrouve à tenter de sélectionner des morceaux qui sont pile entre les deux domaines: des morceaux romantiques mais pas trop, sentimentaux, mais pas trop. En fait, si Mötörhead a jamais écrit une chanson d'amour (d'amour, pas de cul) c'est le moment idéal de la caser, sauf que non, en fait elle risque de prendre peur.

 

Pensez bien que mon cas personnel est assez difficile à gérer, parce qu'évidement, au départ, chacun va tenter de placer ses groupes préférés dans l'histoire. Et regardez donc la gueule de mes groupes préférés! C'est simple, pour une personne qui ne se passionne pas déjà pour la musique Rock, je vais passer, au choix, soit pour un suicidaire (Radiohead, Elliott Smith, Arcade Fire…), soit pour un serial killer en devenir (Stooges, Sex Pistols, Metallica…). Sans compter que mon groupe fétiche, lui, m'offre gentiment la possibilité de passer pour les deux à la fois, selon qu'on choisira ses morceaux "enlevés" ou "Adore".

 

Quoiqu'il arrive, on a plus le choix, on a proposé de préparer cette compilation, c'est un accord tacite, on est obligé de livrer la marchandise commandée… Et par conséquent, on est obligé de s'offrir une bonne grande séance de parano. La sélection de morceaux prend une ampleur démesurée, devenant tout à la fois une présentation de ses goûts propres (une sorte de carte de visite), une tentative de déclaration et un ensemble de morceaux sensé devenir le symbole d'une relation n'existant pas encore.

 

Car oui, si jamais "ça se fait", les morceaux de ce disque risquent d'être à jamais imprégnés de cette relation dans la mémoire du "sélectionneur". Idem pour la version négative… Et ça vous ferait pas franchement chier de penser à ce râteau que vous vous êtes pris il y a déjà tant de temps, chaque fois que vous écoutez un morceau que vous aimiez tant, avant? Le cas m'est d'ailleurs arrivé il y a pas longtemps, réentendant par hasard un slow que j'ai dansé il y a quoi … 7 ans, et qui s'était soldé par un échec monumental. Eh bien au bout de 30 secondes j'étais déjà énervé à nouveau. Mais bon, d'un autre côté, si ça marche? Faut quand même que dans ma tête, la musique associée à cette relation soit bien, non? (Vous savez ce que c'est, quand une personne avec laquelle vous avez vécu une histoire vous laissant un bon souvenir est associée dans votre esprit à… "Mr. Blue Sky" d'E.L.O. et au clip de "Thriller"? Non? Et ben moi, si.)

 

Et là, Guic se retrouve devant son PC, à s'amuser comme un petit fou. Sous un monceau de contraintes, il laisse libre court à … la créativité des autres. La contrainte principale étant évidement de ne caler ni chanson de drague, ni chanson de rupture, ni chanson trop sexy d'un point de vue strictement musical, le tout ne contenant aucune allusion grivoise dans les paroles, de préférence.

Remarque: certaines personnes dans mon entourage sont surprises par mon (très bon) niveau en anglais… L'explication est aussi simple que ça. La crainte que la fille à laquelle on va refourguer se disque maîtrise mieux l'anglais que vous et y décèle un sous –entendu sentimentalo-sexuel qui vous a échappé… C'est la meilleure raison qui soit pour bouffer du Harraps matin midi et soir.

 

Et chaque groupe que vous appréciez de se voir passé au tribunal de vos craintes et anticipations, chacun son tour.

 

 

"Bon , allez, un Beatles… The Word? I wanna hold your hand? She loves you? Non, mais mettre du Beatles, ça risque pas de faire un peu "C'est pas que je te prends pour une conne, mais au moins pour une inculte"… A moins que j'aille sortir un petit morceau du fin fond d'un album… Ouais mais là ça va faire super snob, non? Bon, joue dans la catégorie que tu connais.

 

Allez, les Pumpkins. Alors. Adore, tu zappes, Machina aussi. Gish aussi. Bon, Siamese Dream, il y a Disarm, mais non, trop déprimant, Today, oui mais non, si jamais elle découvre en se renseignant que c'est une chanson sur le suicide ça va pas passer… Cherub Rock, j'ai jamais compris ce que voulait dire le refrain ou ce que symbolise le "honey" dont il parle, alors faute de mieux on va pas le mettre, au nom du principe de précaution. Bon ben on va prendre sur Mellon Collie. Allez, on fait la blague? "Bodies". Mouhahaha. Non mais c'est bon, te prends pas la tête: tu vas pas mettre un morceau violent, tu vas pas mettre "Tonight tonight" (trop déclaration franche, même si tu sais pas ce que cette chanson raconte), ça va encore être "1979".

Et le pire c'est qu'elle va peut être me sortir qu'elle aime pas parce que la voix du chanteur est désagréable.(Ce à quoi je répondrais que le gros problème est que la production a vieilli, citant des noms qu'elle ne connaît pas tels que Butch Vig, Flood, et peut-être même Trent Reznor, alors que la pauvre ne sait même pas qui est Lou Reed…)

 

 

Radiohead… Et merde. Entre les trucs pas si accessibles que ça des derniers temps, les niaiseries des débuts, reste l'axe The Bends – OK Computer. Youpi, je mets quoi maintenant de telle sorte à ce qu'elle ne croie pas soudain que j'envisage de me tirer une balle dès que possible?

 

Placebo, Muse… Tu vas pas lui écrire un sonnet aussi tant que t'y es?"

 

 

Et au fur et à mesure que les morceaux se sélectionnent (ou plutôt, justement, ne se sélectionnent pas), se passe une transformation bizarre. Certaines personnes  pensent qu'on ne fait jamais des compilations que pour soi – même, y compris quand il s'agit de les offrir. C'est faux. Cependant, très vite, on cesse quand même de réaliser la sélection pour la fille à laquelle elle est destinée. Mais on réalise au final une compilation parfaite pour la fille qu'on voudrait qu'elle soit. Et bien que cette fille ne doivent certainement posséder, au final, "que" Nevermind, le Black Album, et peut – être un White Stripes, on se retrouve à aller sortir des petites pépites qu'elle est bien loin de pouvoir apprécier. C'est comme ça qu'on colle du Pavement dans une sélection pour quelqu'un ne connaissant même pas Radiohead, ou du Big Star pour quelqu'un qui ne connaît même pas Weezer. Alors autant dire que du point de vue "CD de découverte du monde de la pop", on aurait pu choisir des portes beaucoup moins dérobées. Mais que voulez – vous: on est snob, mais ça elle ne le sait pas encore.

 

Toujours est-il qu'on refourgue une fois de plus, après moult tergiversations inutiles avec soi-même, la même sélection que d'habitude, sélection que ne pourrait vraiment apprécier que l'idée que vous vous faites de la femme idéale.

 

Puis un jour, ça y est, c'est bon, la sélection est finie, le disque prêt, tout le monde content pour un moment encore. Tu lui offres gentiment le truc, comme ça, d'un air qui se veut détaché, comme si c'était un hasard que tu lui offres ça, histoire qu'elle comprenne bien qu'il n'y a aucun message caché et que non,tu n'as pas passé 3 nuits blanches à réfléchir dessus. D'ailleurs, quand, feignant d'être touchée par ce geste (ou l'étant vraiment, la question importe peu), elle te remercie, toi tu sors un "mais c'est normal", un "mais de rien", un "mais c'est tout naturel", bref un "mais – je déprécie mon propre boulot".

 

 

Et puis tu t'en vas, et tu n' oseras pas lui demander si elle veut aller boire un coup ou un truc comme ça, et puis, bêtement, tu vas finir par zapper, t'enticher d'une autre à qui tu offriras le même disque avec le même insuccès, de toutes façons tu sais bien que pour que tu réussisses à séduire, faut que t'aies 3 grammes.

 

Elle de son côté, fera l'effort d'écouter le disque, au moins une fois. Et alors qu'elle s'attendait à de la pop musclée, du rock bien comme il faut, légèrement arrogant, distingué et assez rentre dedans quand même, celui qui sous entendrait que t'es un homme fort et sur de lui (peut-être même capable de coller une droite à un mec qui la ferait chier…), en plus d'être un esthète légèrement snob… Et se retrouve avec un top 10 des plus grands titres de pop dépressive du XX ème siècle, entrecoupés, au hasard, de geignardises pumpkinsiennes, de beuglements porcins de Black Francis, et d'un "My Generation" qui lui aussi se demande ce qu'il fout là.

Évidement, elle reparlera à l'occasion de musique, mais ne demandera que rarement conseil. De toutes façons, chaque fois qu'elle évoque un truc qu'elle a découvert et aimé récemment, tu trouves moyen de déclarer que t'as préféré leur debut-EP, ou que c'était bien, mais depuis qu'ils ont du succès c'est nul. Pas dans ces termes là, mais c'est ce qu'on en retiendra.

 

Mais bon, tu t'en fous, la prochaine fois, on ne t'y reprendra pas: quitte à utiliser les mots des autres, autant être franc. Et ta nouvelle compilation, elle est déjà prête. Non contente d'être d'une grande qualité, elle est claire et nette: tu prendras peut-être une grosse claque dans ta gueule, mais au moins, tu seras fixé. Et puis comme ça, t'auras une bonne raison d'écouter de la pop dépressive.

 

 

 

* Faut définitivement que j'arrête de parler filles ici parce que je ne sais jamais quel terme utiliser: filles est trop enfantin, femmes trop adultes, nénettes trop rétro, gonzesses trop vulgaire… (J'en profite pour dire à Ama-L, si jamais lui venait l'idée de poser la même question que la dernière fois, que non, ma soirée d'hier fut tout à fait classique et sympathique)

** Evidement, il m'arrive d'en offrir après, quand tout se passe bien, quand même.

Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans Le Rock-Critic est un con
commenter cet article

commentaires

Guic' the old 21/06/2010 17:43



Si "la fille connait tout".... Ben faut aller caser du truc qu'elle connait pas. De la face B du groupe dont on est un méga fan, une version live bizarre, bref, c'est une sorte de rêve
que tu proposes là: La compil ou justement, on ne ressent aucun besoin de se montrer pédagogue. Oh putain le rêve.





Sinon, euh, moi, au lycée, on m'aurait parlé des Sonics et de Zappa... Ben moi aussi jaurais trouvé ça super snob... Sauf que bon, j'aurais cherché à découvrir et aurait fini par vouer un
culte à la personne me les ayant fait découvrir^^



Strychnine 18/06/2010 09:14



J'arrive un peu en retard mais avec une question quasi-existentielle:


tu fais quoi si elle connaît déjà tout ? Pire, comment faut-il réagir quand on est la fille dans ce cas-là ?


Parce qu'au final je passe pour une snob très cultivée (en même temps au lycée c'est facile hein) juste en évoquant les Sonics, Zappa ou Television...



Guic ' the old 09/09/2009 23:02

Lou: après renseignement, il s'avère que je ne connais rien de l'oeuvre du fils de l'ami Marcel. Mais je promets de m'y pencher. Quant à Jessica, je ne voudrais pas briser la belle intimité qui semble naître entre elle et toi ;-)Sol: Merci beaucoup pour les compliments, mais quand même, je suis loin d'être un "écrivain" ;-) Concernant "faire des compils plus souvent... non merci, je préfère ne pas m'imposer d'échecs à une trop grande fréquence!Et sinon, bon courage pour rattraper le reste des articles.... quoique, je suis pas le plus productif non plus...

Sol 09/09/2009 15:27

Haha! Mais quel article!! Grandiose! Je crois que je n'ai jamais autant rigolé toute seule devant mon ordi! Et puis j'adore le style d'écriture, bravo à l'écrivain ;) Et ce site m'empêche de bosser (fallait bien que jme trouve une excuse) et me permet d'écouter de la musique en même temps... Héhé! J'adore! Je viens de le découvrir et je dois rattraper tous articles non lus (bon peut être pas tous quand même...).P.S. Une compil' pour une fille (qui aime un minimum la musique hein) est une très bonne idée je trouve... Etant une fille, je préconise aux garçons (qui ont bon goût en la matière) de le faire plus souvent! Après il ne faut pas que la fille soit plus calée... Haha! ;)

lou 07/09/2009 19:36

 Bon, graver - c'est copier ? un cd, ça peut laisser 60% de velours et pour les emmerdements, 36 fois la mise.[Seigneur ! qu'il est devenu grossier avec ses airs maniérés] Maintenant, la playlist, c'est du beau linge. J'ai tout'sit' remarqué Zanini, tu n'en seras pas étonné.Euhhh... elle a quel âge ? ou c'est une brillante étudiante ? non, c'est juste pour Zanini. Si tu t'intéresses à ce qu'elle a derrière les yeux (fenêtres de l'âme), demande-lui ce qu'elle pense des textes du fils de Zanini - il ne s'appelle pas Zanini.Sinon, je te mets en relation avec Jessica, elle m'a proposé en commentaire, ce matin, un penis enlargement, la conversation qui ne prend pas la tête.