Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 16:26

J’ai l’impression que c’était il y a une éternité. (Ouais, je sais, on a fait plus original comme intro, mais c’était ça ou « J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans », alors que non, j’en ai même pas trente, on va pas déconner.)

 

C’était l’année du bac. Et j’avais pas encore compris que jamais je ne serais un métalleux. Bon, j’avais des indices, c’est vrai, comme par exemple ces Best Of des Beatles trainant dans ma piaule. N’empêche, dans mes disques à moi, le binaire se conjuguait surtout avec une double pédale.

 

J’ai une excuse, c’était le début de la fin de la vague du néo-métal. Que j’avais certainement du suivre par mimétisme, ou un truc comme ça, vu qu’à part quelques titres de Deftones et de Korn, et le premier album de Slipknot, j’avais jamais réussi à trop accrocher au truc.

 

Alors autant dire que quand un jour on m’a sorti que System of A Down était un groupe affilié à cette vague, j’étais sur le cul. Pour une raison inconnue, j'étais incapable de mêler SOAD à cette vague: il y a chez eux un truc qui tranche d'avec les autres groupes de néo-métal. Puis, ça a fini par me sauter aux yeux : même s’il leur arrive de chanter des trucs tristes, SOAD se lamente quand même vachement moins qu'un Johnatan Davis (et se la pète moins qu'un Fred Durst), et même quand le propos est déprimant, la musique reste souvent franchement entraînante. La preuve, c’est que j’ai passé mes années d’études à pogotter en soirée sur « Chop Suey ! » qui parle quand même d’enfance maltraitée. C’est dire.

Bientôt on dansera des slows sur « Atrocity Exhibitions » à ce rythme là.

 

Reste que le petit effet madeleine reste là, et qu’à chaque fois que je réécoute cet album je me retrouve quelques années en arrière, à admirer le coucher de soleil par la fenêtre de ma piaule, pendant ces semaines de vide total qu’on appelle « attente des résultats. » Et je me souviens qu’à l’époque, je n’étais pas encore snob. Et je me réjouissais de l’engouement généralisé dans mon lycée pour cet album : pour la première fois depuis presque toujours, j’étais dans le même état d’esprit que les autres gens de ma génération.

 

 

 

Au troisième top, il sera 6... non, 2... non, 11, non... rhaaa putain!!!

 


 

Que je sois devenu snob ou que j’ai développé un sens du bon gout, j’en sais rien, reste que quand ce groupe a connu un succès énorme avec « Lonely Day », je trouvais l’album dont il était extrait pas mal à chier, quand même.

Eh ouais… encore un groupe victime du syndrome de Muse – Placebo. On en déduira donc que leur second album reste leur meilleur à ce jour, et que si j’en parle c’est bien parce qu’aujourd’hui encore, je le trouve vachement bon. Ce n’est certes pas le chef d’œuvre du métal, il n’est pas éternel. Mais c’est une excellente porte d’entrée, encore aujourd’hui.

 

Sorte de métal festif, lourd mais quand même mélodieux… Avec quelques accents orientalisants de ci de là. Tout pour que ça passe comme une lettre à la poste, avec en bonus la ballade de rigueur (ATWA), le tube bourrin en puissance (Toxicity) et le pont jeté pour rejoindre les rivages pop, qui lui aussi sera un tube (Aerials). Qui sera d’ailleurs un tube au point de squatter la première place du classement des auditeurs de Oüi FM pendant 2 mois et demi, soit bien plus que nécessaire pour me dégouter de ce titre.

 

Alors que l’été revient pointer son nez sur la capitale, j’ai eu idée de ressortir Toxicity des cartons numériques encombrant mon disque dur… disque dur que je n’avais pas à l’époque, c’est dire si c’était il y a longtemps. (Remarque: au moment de publier, je réalise que cet article traîne depuis 2 mois)

 

Et s’il y a une chose, une seule à dire sur cet album, c’est qu’il marche toujours aussi diablement bien. Oui Bounce me donne toujours autant envie de sautiller dans tous les sens, ATWA me déchire, ma tête se secoue toujours comme si j’avais des cheveux longs sur Toxicity, je me marre toujours autant en entendant les inflexions prises par la voix de Serge Tankian sur Needle (et sur Forest, mais là c’est moins normal)…

 

Mais en même temps, c’est facile : quand je l’écoute, j’ai 16 ans à nouveau, et c’est réglé ; et c’est facile à nouveau : le boulot c’est pour dans des années, on est jeunes, soyons fous, cons, faisons la fête, allons boire et draguer.

 

Autant dire que derrière ça le retour à la réalité est difficile. Faut sortir la grosse artillerie pour redescendre. Il faut un certain temps pour réaliser à nouveau que depuis, tout a changé et que mes potes de l'époque sont pour beaucoup bien loin, et qu'il y en a tant d’autres dont j’ai tout simplement perdu la trace. Sauf Serj Tankian, qui lui réussit à me décevoir régulièrement. Mais bon, c’était il y a une éternité tout ça, vous dis-je !

 

 




Partager cet article

commentaires

Guic' the old 26/08/2009 09:40

T'en fais pas, c'est vrai que les parallèles foireux j'aime bien...Après, faut voir que j'ai découvert FNM après SOAD, et que, quand j'ai écouté "King for a day", pas mal de petits trucs de genre sont venus me titiller l'oreille en fait... et Dieu sait que je ne saurais me retenir de les citer, ces conneries là ;-)Ben que veux tu: la "folie comparatrice" du Rock Critic quoi.

Tireub 26/08/2009 06:32

Mes excuses si je me suis fait mal comprendre sur le paralelle FNM/SOAD, c'est juste que ca me parait vraiment etrange comme comparaison, surtout apres avoir reecoute Angel Dust ce matin (mais c'est vrai que la chanson que tu citais etait pertinente).
 
Bon ensuite, dans la "vague" en effet je ne cite que ceux dont on se souvient, mais si ma memoire est bonne, a l'epoque peu de groupes arrivaient au meme niveau (en hype) que Korn, Slipknot, Deftones, SOAD ou encore Linkin Park et Limp Bizkit (pour terminer le groupe). Assez d'accord avec toi sur le fait que RATM n'a pas grand chose a faire la dedans, c'etais juste pour rebondir sur klak.
Bref, tout ca pour dire que ca montre encore une fois les difficultes qui apparaissent quand on essaye de categoriser des groupes ou de faire des paralelles foireux (moi le premier) entre deux groupes. Les rock critiques sont des cons!

Guic' the old 25/08/2009 09:44

Alors, Tireub...Autant je suis d'accord avec ta modération de ma comparaison, autant... quand même...-Concernant FNM et SOAD: je n'ai pas dit que SOAd a puisé toute son inspiration dans cette seule chanson, du tout. Seulement que FNM sur cet album est le seul truc que j'aie entendu qui puisse resembler à du SOAD (dans l'alternance grognements/ chant plus mélodieux, dans les rythmiques...). Et si c'est valable sur l'ensemble de cette chanson, ça l'est aussi dans quelques passages plus courts dans d'autres chansons, même si pas sur les chansons entières.- Concernant la "vague" et les groupes qui sonnent différent... C'est vrai, mais c'est aussi que chacun de ces groupes avait un petit plus (tu remarqueras que tu n'as cité que ceux dont on se souvient encore aujourd'hui ;-) ) . Thom a évoqué la new Wave chez Deftones, le hardcore chez SOAD, je veux bien le croire (je connais rien au hardcore), et de la même façon, Korn a une influence un peu plus grunge et encore (c'est un peu "l'étalon du néo-métal" en ce sens qu'ils ont quasiment inventé le truc avec leur premier album), et Slipknot une influence thrash plus marquée...)Quant à RATM, ils n'ont à mon avis rien à faire là dedans: leur premier album date de 1992 (soit deux ans avant KoRn) et ne peut donc pas être associé à ce genre je pense. Surtout que tout le monde parle de fusion en évoquant RATM... Et vu que les suivants... ben ressemblent au premier... Enfin voilà.

Tireub 25/08/2009 01:47

Entierement d'accord avec SysTool. Les deux premiers albums sont vraiment excellents, mais amenent differentes choses. Difficile de definir lequel est le meilleur ou lequel je prefere, ca doit surement dependre du moment, de l'ambiance...
 
J'ai du mal a me rappeler pourquoi je n'ai jamais ecoute les albums suivants. Peut etre est-ce seulement qu'apres une premiere ecoute je n'ai pas retrouve l'accroche qui m'avait plu dans SOAD.
Pour ce qui est du terrain glissant des comparaisons, celle avec Faith No More est assez osee je trouve. Meme s'ils doivent faire a coup sur partie des influences de System, ils ont un son si particulier que j'ai du mal a trouver des groupes sonnant comme eux. La comparaison avec cette chanson particuliere est sencee, mais c'est un peu reducteur de dire qu'ils s'inspirent d'une seule chanson. Ou alors cela veut dire qu'ils ont vraiment manque d'inspiration par la suite. Mon manque de connaissances des albums post toxicity m'empeche de repondre.
 
Dans l'ensemble, peu de groupes "mainstream" de l'epoque sonnaient pareil. Bien qu'appartenant tous plus ou moins a une meme vague neo metal/nu metal (ce que vous voulez en fait), SOAD, Deftones, Korn, ou encore Slipknot et RATM avaient tous un son particulier et se differenciaient des autres. Difficile de faire des comparaisons pertinentes...

Guic' the old 24/08/2009 21:43

nyko: Franchement, moi, après "Issues" j'ai commencé à décrocher... (c'est surtout la mise en scène de la sortie d'Issues, le concours de pochette, le live at the Appollo etc... qui m'avait un peu gonflé à l'époque...)SysT: Tout à fait d'accord avec toi... en fait, comment dire... Je préfère le premier mais trouve le second meilleur, si on veut. Concernant le diptyque, le fait est que je l'ai écouté ce soir même... et en fait, c'est pas mauvais mauvais, ca manque juste de pèche... un peu de la pop musclée, mais pas assez, et surtout Malakian pique trop le chant à Tankian. Mais il reste des passages, comme les volcalise de Cigaro, ou celles de la fin de Stealing Society qe j'aime encore beaucoup. Voir des morceaux comme BYOB carrément.klak: tu le ranges avec RATM? Bizarre... (ah, si, ton commentair est constructif, t'en fais pas ;-) )Moi si je devais trouve un groupe... en lien avec SOAD, c'est vraiment, pour moi, Faith No More sur "King for a day, fool for a lifetime" avec des morceaux comme "Gentle art of making enemies" qui ressemblent à s'y méprendre à ce que fera SOAD quelques années plus tard.