Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 19:24

Woodstock. Ca fait rêver, hein ?

 

Oh que oui ça fait rêver. Et pas qu’un peu. Et surtout quand on a pas 20 ans.

 

Woodstock a 40 ans. Ce serait une personne que Woodstock aurait un labrador une Safrane et deux momes qui jouent dans le jardin. Janis et Jimi. C’est triste de se dire que le plus grand symbole de ce que peut être la jeunesse vieillit. On devrait pas fêter les anniversaires.

 

Mais bon, pour moi, tout ça c’est juste un prétexte. Un prétexte pour évoquer rapidement des artistes dont je ne parlais pas dans ma sélection annuelle, au prétexte qu’ils n’ont pas sorti d’album suffisamment bon dans son intégralité pour y figurer… Mais pourtant il y en a pas mal dont j’adore nombre de titres.

 

Par exemple, bizarrement, je me dis parfois que rien n’est meilleur qu’un bon best of de Creedance Clearwater Revival. C’est mon côté Dude. (Oserais-je le dire ? C’est leur version, la meilleure version de « I heard it through the grapevine ». ca y est c’est dit). Bold as love est sûrement une des toutes meilleures chansons que je connaisse… Mais elle conclue un album qui m’emmerde profondément. Les exemples seraient nombreux.

 

En plus, bizarrement, j’ai découvert cette période quand j’avais l’age qu’avaient mes parents à cette époque. Vous vous douterez bien qu’à cet âge là, j’étais loin d’avoir le recul suffisant pour me dire que Woodstock n’a réuni « que » 0.012% de la population mondiale. Et donc, évidement, pour moi il était inconcevable que mes parents n’aient même pas voulu y aller – alors qu’en fait ils n’étaient sûrement même pas au courant que ça avait lieu…

Et cherchez pas, pour Mont-de-Marsan, il était déjà trop tard.

 

Reste que je fus toujours surpris quand, lors d’une écoute d’oldies de la période, ma mère surgît en se réjouissant d’entendre un morceau lui rappelant sa jeunesse : il m’a toujours paru inconcevable que Joplin, Hendrix, ou même, dernier en date dans cette longue lignée, Black Sabbath passent en radio, en France, sous Pompidou. Totalement effarant pour moi ce truc. N’allez pas chercher plus loin pourquoi j’arrive à avoir la nostalgie d’une époque que je n’ai pas vécue, et qui se résume par cette équation insoluble : si j’avais vécu dans les années 60, j’aurais été un putain de hippie (et peut être même que j’aurais passé une nuit au poste en Mai 68)… Sauf que si j’avais vécu dans les années 60, il y a bien peu de chances que j’aie été le moi que je suis maintenant et qui aurait voulu être hippie…* (Et puis à 18 ans, ce qui fait le plus rêver dans le mythe hippie, c’est quand même le côté « cul » de l’histoire.)**

 

La nostalgie, c’est déjà légèrement con en soi, alors la nostalgie d’une époque qu’on a pas vécu…

 

Mais bon, il y a de quoi.

 

Comme c’est les 40 ans de Woodstock, et que je serai spas le seul à y avoir pensé, et que d’autres auront certainement des trucs bien plus interessants à dire que moi… Je vais faire ce que je préfère : laisser parler la musique (et l’image, aussi)***

Ouais, vous auriez pas cru, mais si, c’est encore un top 5. Il parait que je suis plus foutu d’écrire des vrais articles, dit-on.

 

Allez, en ordre de passage.

 

 

Creedance Cleerwater Revival – Born on the Bayou (par défaut, hein...)

 

Organique. C’est le seul adjectif que je suis capable de foutre sur la musique de « Cridanse ». Si je les aime tant, c’est aussi, en grande partie parce qu’à l’écoute de leurs disques, on a l’impression d’être là, avec eux, dans le studio. Cette pop ricaine ma fascine : beaucoup plus rock que la pop anglaise, beaucoup trop légère pour être du rock cependant. Et comme « prock », ou « rop », c’est moche, j’en reste là. « pop ricaine ». Et j’écoute, et je me dis que c’est bien. N’empèche que « Have you ever seen the rain » est une des rares chansons qui me déchirent les entrailles.

 


 

 

Janis Joplin – Summertime

 

C’est con hein ? Mon morceau préféré de Janis Joplin est une reprise. En plus si je l’adore, c’est à cause de la guitare. Enfin, n’empêche, Janis est extraordinaire là-dessus aussi, et en livre une version particulièrement déchirante.****

(pas de vidéo dispo, juste le son – mais ça suffit)

 

 



 

 

The Who – See Me, Feel Me

 

C’est juste un des plus beaux trucs que j’ai jamais vu : le soleil commence à se lever sur Woodstock alors que les Who achèvent Tommy (il reste encore un peu de set à jouer derrière) et décide d’en profiter. A fond, jusqu’au bout. Daltrey est rayonnant, et Townshend, la main en sang, continue de mouliner comme un malade… Donnant la plus belle illustration qui soit de cette sorte d’honneur Rock n’ Roll que j’apprécie (et idéalise) tant. Se donner pour son public, donner quelque chose à son public, c’est bien plus que déverser des litres de sueur. C’est tout dans l’émotion. Vous l’aurez compris : j’adore cette vidéo.

 

 

 



 

Joe Cocker – With a little Help from my friends.

 

J’en aid it du mal de cette version de Joe Cocker… Pour être clair une bonne fois pour toutes : Oui, cette reprise est peut-être meilleure que l’originale, mais vu que l’original est chanté par Ringo, c’est pas dur. Ce qui me gonfle dans la reprise, c’est cette version studio qu’on trouve partout avec des choristes gospel qui me gonfle, là, avec le guitariste qui chante d’une voix de fausset, j’aime déjà beaucoup plus. Enfin, sans l’image, c’est quand même moins drôle.

 

 


 

 

Jimi Hendrix – Foxey Lady

 

Eh non, eh, oh, vous croyiez quoi ? « Star Spangled banner » ? Attendez, faut bien que je fasse mon petit malin quand même. Et puis l’hymne, de toutes façons, au bout d’une minute, on le reconnait plus, on n’entend que dissonance et larsen.

Foxey Lady, par contre, ça c’est un morceau qui fait se remuer, qui contient ce truc bizarre… Une sorte de vibe primitive, de binaire sauvage, qui donne envie de bouger son derche.

(Tiens, le voilà le truc qui m’énerve avec Hendrix. Tout le monde se rappelle du talent de technicien de Hendrix, même ceux qui l’ont jamais écouté, alors que merde… le Jimi Hendrix Experience a composé des chansons extraordinaires (Technique vs. Musique, le retour.))

 

 

 



* Tout cela explique très bien un truc : Je suis un passionné de théories sur les voyages dans le temps et les paradoxes temporels. C’est pas pour rien que j’ai du voir facilement un quinzaine de fois Retour vers le Futur.

** Sachez d’ailleurs que la plus belle femme du monde existe : elle apparaît 3 secondes dans le film du live à l’île de Wight des Who, c’est la petite brune avec des fleurs dans les cheveux qu’on apperçoit un instant pendant l’intro de Young Man Blues. Bon, certes, maintenant, elle a – au moins – l’âge de ma mère.

*** »Laissons parler la musique » : locution utilisée par le Rock critic lorsqu’il a la flemme, ou n’a pas trouvé d’anecdote amusante ou raconter, ou en a trouvé, mais les considère trop infamantes vis-à-vis d’un artiste qu’il apprécie beaucoup.

**** Qui a dit « déchirée, surtout » ?


Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans It's a Live
commenter cet article

commentaires

Guic' the old 26/08/2009 21:16

Ska: Merci pour cette utile précision :-)

Ln: Tu sous -estime ce dont serait capable un ado de sexe masculin pourrai faire dans le seul but de s'envoyer des filles et de faire chier ses parents.... :-)

ln 26/08/2009 21:03

Juste entre nous : - je te connais trop bien  à notre époque pour t'imaginer en hippie à cette époque là...- je te trouve léger concernant Retour vers le Futur "une quinzaine de fois", je dirais plutôt une vingtaine, voire une trentaine ;-)

Ska 26/08/2009 12:56

Pyrox, celle que tu cites je ne sais pas mais Who'll Stop the Rain parle bel et bien du Vietnam... Et pas de gentilles pluies...

Guic' the old 17/08/2009 19:47

Concernant la reprise, je ne la réhabilite pas. Mais j'avoue la force de cette interprétation précise. (Qui est la seule base du mythe selon laquelle cette reprise serait meilleure que l'originale, en soi. Alors que non.)Sinon, les inedits de Woodstock... pour grande part c'est assez peu convaincant en fait.

pyrox 17/08/2009 17:27

CCR... je suis aussi en pleine periode fogerty, aussi :D Je fredonne tout seul "midnight special", et tout comme toi (tout arrive), je suis déchiré par Have you ever see the rain. j'ai l'impression qu'elle parle du vietnam, mais je suis pas sur...quant a joe cocker, depuis le temps que je prêche sur la magnificence de cette reprise, je suis content de la voir citée ici :Denfin, je sais pas si t'as vu, mais ya plein de bidules inedits qui sortent sur woodstock en cette rentrée 09. et il y a des trucs qu'on l'air assez sympa : par ex, les concerts entiers de johnny winter et Santana