Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 19:36

 Ma chère Polly Jean (tu permets que je t’appelle Polly Jean ?),


 

 

Ca fait maintenant quelques années que je suis ta carrière d’un bon œil. Depuis un peu avant « Uh uh her » si tu veux. Et je dois l’avouer, moi j’aime bien ton côté rocker. Rockeuse, pardon. Mais d’un autre coté, tu ne m’as jamais autant plu que sur « Stories from the city, stories from the sea ». Autant dire que mes sentiments vis-à-vis de toi sont assez confus. Quoique non : Je t’aime, Polly, ça c’est une certitude, mais bon, des fois plus, des fois moins. Ce sont les aléas de toute relation.

 

Alors quand l’autre jour, je suis venu te voir sur scène, je ne savais pas à quoi m’attendre. Parce que bon, quelque soit la Polly que je préfère, je n’ai connu que la Polly "d’intérieur". En live, bon, qu’est ce que ca pouvait donner ?

 

Bon, ok, on peut le dire, c’est pas…. La « vraie Polly » qu’on a vu, vu que le concert c’était « PJ Harvey and John Parish » (chose que tu t’es empressée de rappeler a peine arrivée sur scène, annonçant par la même qu’on aurait pas droit à mes titres préférés, mais autant te l’avouer : je m’en doutais.) Mais cela n’empêche que c’était la première fois que je pouvais te voir, comme ça. Tu étais, permets moi de te le dire, ravissante dans cette petite robe. Bon, Pieds nus, aussi. Au moins, on était raccord avec le clip de « Black Hearted Love », le morceau que vous nous avez balancé direct dans les oreilles.

 

Mais bon, quelque chose était… bizarre. Tu étais, certes belle et talentueuse, mais pas tout à fait conforme à l’idée que je me faisais de notre rencontre. Mutine et légèrement bravache.

 

Car vois-tu, PJ, quand je pense à nous deux, je ne te vois pas comme l’allumeuse que tu as incarné ce soir, cette fille qui séduit pour mieux se dérober… comme tu l’as fait, par exemple, dansant aux quatre coins de la scène, durant la partie instrumentale de « A woman a man Walked by », moment profondément bipolaire, ou tu nous hurlais « I want your fuckin’ ass » avant de te mettre à tourner et virevolter comme une danseuse de boîte à musique dans un mauvais téléfilm de Noël.

Non, quand je pense à nous, tu ne te dérobes pas comme ça… mais par contre, bien présente, « entière », tu es là pour t’imposer, pour rappeler qu’on doit compter avec toi et qu’on a pas intérêt à te marcher sur les pieds, parce que sinon… non, pas « sinon tu t’en vas », mais « sinon je vais en chier ».

 

Alors voilà… certes, Ska l’a déjà dit, et je ne fais qu’en donner ma version, mais si j’ai vu PJ Harvey ce soir là, et ait apprécié franchement le concert (sauf quelques passages, ou il y avait une cantatrice d’opéra un peu chiante qui prenait ta place, Polly), ne serais-ce que pour la prestation des musiciens et l’ambiance bastringue de la Nouvelle – Orléans créée à grands renforts de fumées denses et d’éclairages ocre… Ma chance, aussi, de découvrir une salle agréable, même si on y crève de chaud.

Et puis ce fut aussi l’occasion de voir sur scène un demi – Pixies, et ça aussi c’est une chance.

Au final, déambulant, éreinté par la chaleur de la salle et la moiteur du dehors, j’ai réfléchi à notre relation, Polly. Et je me suis dit que ce soir, il y avait maldonne. Donc, promis, la prochaine fois que tu passes, je te redonne une chance, mais ce coup ci, juste toi, moi (et 1500 autres), mais toi seule sur scène, avec ton répertoire à toi toute seule. Et on verra bien si je suis toujours aussi prompt à t’apporter mon amour.


 

Soyez assurée, ma chère, de l’assurance de mes sentiments distingués (soit : bises),


 

Guic’ the old.

 


 

 

 



Plus de PJ et JP au Bataclan ICI, et aussi ICI.

 

Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans It's a Live
commenter cet article

commentaires

Spoomette 07/06/2009 02:12

Un concert tout en dentelle cette fois-ci, pour Polly Jean. et en effet, quelle chaleur aussi...

Ska 03/06/2009 14:19

Même toi tu as été déçu... Bon, quand même, vivement le prochain disque, vivement la prochaine tournée... Et plus de pénibles vocalises, merci !

yosemite. 03/06/2009 00:31

EDFvia discogs...producteur de dEUS ou Polyphonic Spree en plus !

Systool 26/05/2009 19:12

Une déclaration à coeur (écorché) ouvert...SysT

Guic'+the+old 26/05/2009 13:43

Oui, mais bon... faut aussi voir que c'est via les Pixies que je l'ai connu... C'est pour ça.