Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 19:17

Fargo Rock City... Derrière ce titre assez ridicule se cache le bouquin sur lequel j'ai lorgné un bout de temps avant de l'attaquer... Le dernier Klosterman qu'il me restait à lire avant de les avoir tous dévorés. C'est maintenant chose faite, mais bon, il en a sorti un autre en septembre dernier, ca devrait compenser.


1983 - Chuck est gamin. Vit à Wyndmere, Dakota du Nord. De retour du service militaire, son frère lui ramène la cassette de « Shout at the Devil ». Passion immédiate - Traumatisme éternel.


1998 - Chuck est moins jeune. Presque adulte. Et il commence à écrire ce bouquin. Sur l'importance qu'a pu avoir le heavy metal sur sa vie, dans les années 80.Warrant, Poison, Mötley Crüe, Metallica, Van Halen, Slayer, tout le monde y passe. Parce que quand on est critique rock et qu'on possède l'intégralité des albums des groupes suscités, qu'on peut annoncer sans mentir que « Mötley Crüe est le groupe qui a changé [notre] vie », ça doit pas être facile tous les jours.


2009 - J'attaque « Fargo Rock City ».


Alors que dire de ce livre. Ben qu'il est vachement bien. Que dès son premier bouquin, l'ami Chuck a ce sens de la phrase qui tue, de la vanne de fin de paragraphe, qui arrache toujours au moins un sourire, même quand la vanne est totalement pourrie.  Que, même construit sur la répétition d'une même structure à chaque chapitre (Anecdote personnelle - Argument d'un détracteur du Heavy Metal - Analyse de la validité de cet argument) se laisse lire avec plaisir, plein d'enseignements pour un novice de la scène glam-metal comme moi.


Un seul passage moins marrant : la série de (au moins) 20 critiques de disques sur les albums les plus emblématiques du mouvement. Certes bien écrites, souvent justes (en tous cas au sujet de ceux que je connaissais déjà), mais passage un peu lassant à la longue.


Plein d'humour, plein d'une tendresse vers les jeunes années passées à déambuler en ville en rêvant d'avoir les cheveux longs... mais totalement dénué de regrets, de honte, ou de quoique ce soit qu'on pourrait associer à cette période. Chuck a grandi en écoutant ça, et, au final, l'assume complètement. Parce que c'est un élément clé de sa génération, parce que c'est ce qui lui a permis de se construire. Non, le Glam-metal n'était pas bon, ce n'était pas une musique de qualité. Juste une musique qui s'est montrée importante, juste de reflet de l'époque où elle est née et juste réponse aux attentes des ados de l'époque (qui devraient d'ailleurs diriger le monde d'ici 10 ans, il y a de quoi commencer à flipper).


Fargo Rock City : A heavy metal Odyssey through rural North Dakota, non content d'être un très bon document et une étude intelligente au point par point (argent, satanisme, sexe, puissance*, grosses guitares, clips sur MTV... Sans oublier de passer par le nécessaire historique du mouvement, sa mort, et sa « renaissance ».s'offre le luxe d'une mission supplémentaire: une apologie des gouts de nos 15 ans...  Et du Rock, quel qu'il soit, qui permet de faire rêver et s'évader quand on s'autoproclame loser, et qu'on reste convaincu qu'on le sera pour toujours.


Avec un tel fond, comment vouliez-vous que cela ne me plaise pas ?

 

 

Allez: Pour le fun.

 

 




* Ou « L'inversion de la balance dans les années 80  : Comment le heavy metal s'avère le plus souvent « hard » tandis que le hard-rock se montre souvent « heavy ».»

 

 

Et pour rappel: L'article de G.T. sur le même sujet que ce livre (binomez le avec son parcours musical, et vous avez la vision opposée de celle de ce bouquin.)

Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans Festival de Reading...
commenter cet article

commentaires

Guic'the old 10/04/2009 16:46

C'est bien pour ça que jamais j'irais!! Un des rares cas qui me fait peur, mais vraiment...

dr frankNfurter 10/04/2009 14:08

oui être dans la fosse durant un concert de Slayer, c'est une expérience lol

Guic'the old 10/04/2009 12:13

A ceci près que, bien qu'évoqués dans le bouquin, Slayer (tout comme Metallica) est évoqué dans une partie...particulière, en fait, et traitant plus des groupes de métal de l'époque et qui ont gardé leur "respectabilité", ceux qui avaient une street cred en fait...Il narre entre autres un concert de Slayer assez hallucinant...

dr frankNfurter 10/04/2009 11:23

C'est pas pour dire mais foutre dans le même panier Slayer avec WASP, Warrant, Poison, Mötley Crüe et autres joyeusetés, ça me fait un peu mal lol. Sans compter que Slayer n'a jamais été un groupe popu, ils n'ont jamais rempli de stades ni vendu de disques par palette (c'est pas un super argument, mais entre le thrash et le glam revival ricain des 80's, c'est plus qu'un fossé qui les sépare...)Ceci dit quand c'est la nostalgie qui prends le dessus. Sinon j'ai appris que Spinal Tap allait se reformer pour un concert :Pça me rappelle aussi qu'un après-midi je m'étais amusé à mater qq clips de l'époque sur youtube...rah la purge... Y'a pas à dire quand on peut pas se raccrocher à une quelconque nostalgie, c'est plus que raide lol

Guic' the old 09/04/2009 17:31

Que Répondre... je les ai lu en anglais qu'à partir du 4...