Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 18:57

Bon. C'était le moment de se bouger le cul, de dépoussiérer « Laisseriez-vous votre fille coucher avec un Rock addict ? », de faire quelques chose.


Parce que voyez vous, là, tout le monde y va de sa petite innovation, entre Klak qui change sa formule au profit de l'hebdomadairité, Arbobo et Ama-L qui s'amusent à transformer leurs site via des logiciels que même Steve Jobs ne comprend pas, et puis voilà qu'il ya même pas 2 jours Thom nous annonce l'arrivée imminente du Golb 2.0, moi je dis, tout ça c'est trop de nouveauté, ca sent la course à la hype, et je vous le dis franchement, c'est scandaleux.


Alors la rédaction, c'est-à-dire moi ,a décidé d'agir. En créant une nouvelle rubrique : Les Disques du mois. Oui, c'est ridicule comme action,  c'est minable, c'est pas original en plus.


Mais ca va me forcer à :


1. Chroniquer des disques parce que quand même plus le temps passe moins je le fais.

2. En plus y en aura un sorti dans le mois à chaque fois, la classe.

3. Ca me permettra, à moi, de me rappeler à la fin de l'année mon parcours musical de 2009, mais bon, ca c'est un argument qui n'a de valeur que pour moi.


Donc, en gros, chaque mois, Une critique d'un album sorti dans le mois (positive ou négative), une critique d'un album sorti il y a une paye (généralement positive), et pour finir, une bonne grosse daube qui m'a fait marrer dans le mois pour détendre l'atmosphère... C'est parti.



Le Disque du mois :


Tonight : Franz Ferdinand : Voyage au bout de la Nuit (titre facile, je me rode...)


Le voilà enfin. Enfin un album de Franz Ferdinand qui me plait, vraiment. Comme tout le monde, il m'est arrivé de gentiment taper du pied sur Take me out ou de chantonner do you do you wanna, à l'occasion. Mais passé cela, un album des Franz, c'était un peu la croix et la bannière à écouter : quand le refrain joué ad lib sert d'outro pendant plus longtemps que la chanson elle - même, j'ai une fâcheuse tendance à bloquer un peu.

Mais là, après trois ans de macération et une mini-arlésienne (cet album est quand même annoncé pour le mois prochain depuis Janvier 2008, en gros) et un livre des bonnes recettes de cuisine de Tonton Kapranos, les FF ont changé, et en bien. Rock n rollement parlant, j'entends. C'est simple : Ulysses est le titre qui m'a redonné foi en eux, dès la fin 2008. Pour la première fois, une chanson de Franz Ferdinand ne virait pas à la bête répétition permanente, était vraiment...construite. De l'intro (basse en avant) au majestueux breaks de batterie finaux (You're never going home... la la la la. Oui, les lala restent quand même.) Tout, je dis bien tout, dans ce titre est intéressant, bien fait, et bien plus original que ce qu'on pouvait trouver sur la presque totalité de leurs albums précédents. Et ce, tout en gardant les refrains entrainants et les couplets bondissants qui sont leur marque de fabrique et des expressions constituant un passage obligé pour toute personne écrivant sur eux.


Et il y a un autre passage important dans ce titre (si j'insiste dessus, c'est parce qu'il est vraiment représentatif de l'album) : quand on nous chante à l'oreille « Last Night was wild », le morceau devient d'un seul coup franchement...sexy. Et un peu plus sombre.

Preuve en est avec le clip du morceau, dans lequel les Franz apparaissent au sortir d'une soirée qu'on suppose arrosée et - cris d'horreur des groupies - décoiffés.


Sombre. Sexy. Construit. Voilà les trois qualités nouvelles qu'on rencontre dans cet album. Rythmé. Dansant. Celles qu'on avait trouvé aux précédents et qu'on a pas perdu ici.


Bref : les anciens gendres idéaux de Franz Ferdinand ont commencé à se taper des groupies sans les rappeler le lendemain. Et leur musique en ressort grandie, et pour tout dire... Cet album me fascine.


J'arrive pas à savoir si cet album est un concept album en tant que tel, ou si c'est juste qu'il est si cohérent et réussi que le concept s'y dessine sans que ce soit voulu.


Cet album... C'est la B.O. idéale pour une soirée de grosse cuite. (J'ai d'ailleurs fini par élaborrer toute une histoire collant à cet album au titre par titre, que je me ferais un plaisir de vous envoyer sur demande, à la seule condition que vous ayez déjà bien écouté l'album avant : je ne voudrais pas vous imposer mon point de vue dessus.)


Tu sais que ca va mal partir, parce que t'es chez toi t'as pas forcément envie de sortir mais il y a tes potes qui passent et qui réussissent à te convaincre de te bouger, c'est Ulysses, et c'est réglé, You're never going home.,  Après, je ne saurais trop détailler, mais on sent bien que le voyage recèle ses épisodes de drague (Kiss me, Bite Hard, What she came for)...ses grandes théories alcoolisées (Live alone), ses délires éthyliques pas trop volontaires sur le dancefloor (Twilight Omens), et peut être se ramener quand même une petite à la maison (Lucid Dreams), voire se réveiller à ses côtés (Katherine Kiss me).



L'apogée de l'album se trouve (comme une évidence) être Lucid Dreams. C'est marrant, parce que Lucid Dreams a été le premier extrait qu'on a pu entendre de l'album, et c'était de bonne facture, du Franz standard, ca fait plaisir à entendre, mais on passe vite dessus. Sauf que la version qu'on a là, c'est pas un « radio edit » du tout, c'est pas la version qu'on pouvait entendre sur leur myspace, c'est... un morceau de 9 minutes difficile à relier à la version qu'on avait déjà entendue, avec la voix en arrière, sous - mixée à mort, et le morceau s'achève sur un truc que je ne parviens à qualifier que de « jam electro »... A coup sur le morceau le plus tordu de l'album, un des plus bizarres aussi, mais une sacrée réussite. S'il faut le relier à un moment de la soirée, c'est simple : c'est le moment ou on se couche dans son lit, et qu'on se dit « oh putain, ca tourne », et qu'on décide de s'allonger en position latérale de sécurité de son propre chef, au cas ou, en tentant de s'endormir et en maudissant les boites de nuit de mettre le son si fort qu'on garde cette saloperie de buzz persistant dans les oreilles.


L'album se clôt alors sur deux titres acoustiques : le sommeil retrouvé, le calme... L'oubli. Parce que demain on aura tout oublié, on ira demander aux autres potes qui étaient avec nous ce qu'on a fait comme conneries encore, et on recommencera les mêmes conneries un peu plus tard. Mais pour l'instant... on est bien, on a retrouvé la douceur de son foyer, heureux comme Ulysse à son retour à Ithaque.


Tout en sachant que le pire c'est que demain on remet ça.







Et l'auditeur de se dire que, d'une part, Franz Ferdinand a réussi à sortir son premier album véritablement bon (parce que jusqu'à présent c'était plutôt un groupe à singles qui s'ignorait), et que rien qu'avec ce disque, 2009 enfonce largement l'année précédente.


La vieillerie :


Reign in Blood, Slayer : Voyage au bout de l'enfer ( je me rode toujours)


Alors qu'on sort de la période bien pensante des fêtes de fins d'année, qu'on se force à souhaiter la bonne année à tous, y compris à des gens qu'on peut pas blairer, et qu'on commence à se lasser d'aller bosser, enfin, d'aller au boulot pour rien foutre sinon attendre que l'heure tourne... Il reste une alternative : Slayer.


Franchement, si je devais résumer, je dirais simplement un truc genre « Putain c'que c'est bon », ou « Putain ca fait du bien ». Ou je gueulerais un bon coup « METAAAAAL ». Et ca suffirait.


Reign in Blood est le plus mythique des albums de Slayer, et pour tout dire c'est le seul que j'aie jamais écouté en entier. C'est un concentré de rage, de violence, de bourrinage, bref c'est une tuerie comme disent les jeunes.



Le truc franchement bizarre avec cet album, c'est que bon... Je trouve (j'ai bien dit je trouve) que tous les morceaux de l'album se ressemblent. C'est un peu chiant de le sens que tu me les passe en Blind test, et ben, a part Angel of Death et Rainin' Blood, jamais je marque de point, vu qu'entre Necrophobic ou Epidemic, je ferais pas la différence. Mais d'un autre côté c'est ce qui fait que cet album s'écoute d'une traite, tel une symphonie maudite, une ode à la gloire du mal en 10 mouvements tous plus virulents les uns que les autres. Et des mouvements t'en fais aussi en écoutant : c'est quand même rempli de roulements de batterie à se faire tout seul le cou du lapin en headbanguant.


En fait, il n'y a pas vraiment besoin de tergiverser sur les qualités évidentes de ce manifeste du métal qui fait mal... Juste commencer par un bon petit Angel of Death et de libérer l'animal enragé qui vit en soi. Après ça dure une demi-heure, derrière on est vidé, défoulé, bien.


Ca vaut bien toutes les parties de squash du monde.







Je ne suis pas le seul à en parler, d'autres l'ont fait bien mieux que moi, et tous nous arrivons à une conclusion commune, au moins une : il n'existe pas de mot assez fort dans la langue française pour décrire à quel point cet album est empli de haine puissance dix, fondamentalement mauvais et méchant, le tout au carré.


Mais que cela ne vous empèche pas d'aller consulter leurs avis, ici ou là.


La Daube du Mois :


Bon, soyons sérieux, je vais pas vous parler d'un truc pourri dans le but pur et simple de vous parler d'un truc pourri. C'est pourquoi je vais me limiter, dans l'ensemble, à des trucs pourris mais franchement drôles, du moins selon mes critères.


C'est pourquoi, selon toute logique, je vais commencer par ce qui constitue pour moi la quintessence du morceau mauvais mais tellement drôle au final que je me le passe quand même par paquets de douze : Poison, d'Alice Cooper.


Entendons nous bien, Alice a peut être été un grand artiste au début des années 70 (et même : il l'a été , sans « peut-être »), mais à la fin des années 80, il est franchement ridicule (quoique peut être hype dans l'esprit de l'époque.) Dans ce morceau, l'ami Vincent / Alice nous décrit les sentiments d'attirance/répulsion, d'amour / dégout qu'il a pour une femme (imaginons la jeune.) Un peu comme quand, au collège, on ressentait une attirance inexplicable pour une fille qu'on haïssait légitimement, sans forcément comprendre pourquoi, mais la conséquence reste qu'on la fait chier pour attirer son attention sans pour autant vouloir lui faire comprendre qu'on la trouve ravissante. Mais d'une façon à la fois plus romantique et plus bourrine : un tirage de couettes Musset / Heavy Metal.








Bien évidement, hors de question de passer à côté du clip, mythique, avec des symboliques splendidement Shakespeariennes, une côté « Entretien avec un vampire » avant l'heure... et du cuir et du maquillage dégoulinant. Mon détail préféré là dedans, c'est quand même que, du premier au second couplet, on change carrément de fille... enfin, on passe d'une brune à une blonde, peut - être est-ce la même vu que... (non, je ne vais pas vous gâcher le rebondissement final), enfin, bref, un petit chef d'œuvre du clip vidéo minable.


Régalez-vous.




Bon, voilà pour la première édition... rendez-vous fin Février.





Partager cet article

commentaires

Xavier 28/01/2009 09:18

Guic, il eut été étonnant que sur les 30 albums de "nouveau rock" que j'ai testé, nous ayons le meme classement...Pour le Coop', je suis un grand fan du groupe, et de quelques albums solo qui suivent leur séparation. J'ai consacré 4 longs articles sur mon blog à la carrière de ce personnage qui me reste sympathique meme aujourd'hui, malgré tout ses excès...

klak 27/01/2009 21:03

un peu comme toi mon passif avec les franz c'est taper du pied sur Take me out ou de chantonner do you do you wanna jamais eu l'idée d'écouter un album ...celui là a l'air bien, qui sait, pareil je vais me laisser tenter ...

Guic' the old 27/01/2009 17:20

C'est vrai qu'à chaque écoute il  a un petit quelque chose que je remarque, un peu dans le genre des trucs que tu détailles...De même, "Bite Hard" (en particulier un roulement de batterie qui revient plusieurs fois dans le morceau) me fait vachement penser au "Call me" de Blondie...Concernant les "bombes de dancefloor", comment dire... je suis pas tres branché danse, mais je dois avouer que l'album recele de titres franchement efficaces qui me donnent envie de bouger, même à moi ;-)

Ska 27/01/2009 15:59

Alors, moi, j'aimais déjà beaucoup Franz Ferdinand. Et, là, je ne suis pas déçu. D'autant plus que le groupe se renouvelle quand même pas mal (écouter Send Him Away et ses influences afraicaines pour s'en convaincre). En même temps, ce son années 80 assumé (il y a quand même quelques parties de claviers ahurissantes de kitsch), c'est assez dans l'air du temps aussi... A leur manière, les FF participent de ce revival. Logique, ceci dit, vu leur âge : c'est un groupe dont les membres ont largement plus de trente ans, me semble-t-il. Des "vieux" donc à l'échelle du rock d'aujourd'hui et de ses jeunes pousses... Et puis il y a ce morceau, Live Alone, où l'on croirait entendre, au moment du refrain, superposé, celui du Dancing With Tears in my Eyes d'Ultravox. Etonnant, vraiment... Et assurément quelques futures bombes de dancefloor pour ceux qui aiment ça ! ;-)

Guic' the old 27/01/2009 14:54

Thom: Moi aussi, j'aime bien le titre sauf que (malédiction du clavier) il faut lire: "1 moiS, 2 disques..." Je comprends tout à fait qu'on soit insensible au côté "dansant", "funk rock 80's" comme tu dis de FF, en ce sens que... moi aussi, jusqu'à cet album, j'y était pas sensible (je ne danse pas, me dois-je de rappeler). Mais sur celui là, le côté "lassant", "tous pareils" des titres a pas mal été évacué et c'est franchement un disque agréable.Tireub: Ah bah désolé, là t'es mal tombé ;-) "Feed my Frankenstein" me fait toujours penser à Waynes World malgré moi en fait... Slayuer, moi je disfonce, il faut savoir que je suis pas forcément un grand fan de métal à la base... Mais j'adore vraiment Slayer: la délicatesse dans la violence. Franz...l'album entier passe tout seul, c'est un bonheur.Xavier: Déjà, pas d'accord du tout avec ton classement !!! ;-) 1/ Libs, 2/ Strokes, 3/ Hushpuppies ex aequo The Hives ;-)Poison: Cooper a fait pire, mais a aussi fait bien mieux, surtout au début 70's (bon, c'est un lieu commun que de dire ca, mais c'est vrai.)