Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 00:01
Keith John Moon (23 Aout 1946 - 7 Septembre 1978) - The Who, Batteur.

Ah... ça fait bien longtemps maintenant qu'on a pas été faire un tour un tour du côté du cimetière des Rock Stars. Un vrai tour, j'entend, les deux dernières « Mort en Rock » parlant de personnes encore vivante, du moins physiquement.

Ca fait donc... depuis Janvier que je n'ai pas abordé avec vous le monde fabuleux des décès de Rockstar.


Pour la peine, et pour vous montrer que je me fous pas de vous, premier (et plus conséquent) volume d'un diptyque de la mort en Rock, avec des effets spéciaux dignes d'Hollywood. En espérant que ça motivera Chtif à revenir


Soyons clairs : les Who sont le groupe de Rock le plus Rock n' Roll qui ait jamais existé. Alors que les Stones, les Mötley Crüe, et tout ça, ceux qu'on appellerait les "sulfureux" se sont longtemps amusés à faire des conneries comme saccager des hôtels, sniffer des trucs bizarres, se travestir... Les Who (et plus particulièrement Keith Moon, oui), ont fait la même chose, sauf que : eux, au moins, sont allés jusqu'au bout, et sont mort d'une façon presqu'aussi conne qu'un téléviseur jeté du troisième, directement dans la piscine du Hilton.


Keith Moon est connu pour être un des rockeurs les plus déjantés, les plus dangereux, les plus fous qui aient jamais été, héritant ainsi du surnom de Moon the Loon. Le petit Keith John Moon est né le 23 aout 1946, à Londres. Sa jeunesse est agitée : hyperactif, il ne s'interesse qu'à la musique, et, si certains de ses professeurs (enfin, ceux qui ne le croient pas attardé) sont surpris par le jeu bordelique qui fera au final sa réputation, les écoles d'art ne le sont pas. Il abandonne les études, sans diplôme, à 15 ans, rejoint les Who à 17, connaît le succès à 18, se marie et devient père à 20.Impossible de savoir quand précisément il a commencé à se droguer, à picoler, mais par contre on sait qu'il a toujours eu le jeu anarchique et unique qui a fait sa réputation. On sait qu'il adorait chanter même s'il chantait foutrement mal.

 

Et je peux vraiment casser TOUT CA ?!


Moon est aussi connu pour ses frasques que pour son jeu. Il est toujours de bon ton de rappeler, pour montrer qu'on connaît ses références, que c'est lui qui a donné son nom à Led Zep. De rappeler que non, c'est pas vraiment sur qu'il ait conduit une Rolls dans une piscine (que c'était peut etre un lac, peut etre une Lincoln, que cette histoire en cumule peut etre plusieurs autres.). De rappeler que présumant de ses forces, et refusant de se limiter à un demi cachet (parce que non, c'etait pas n'importe quel drogué, c'était Keith Moon), il est tombé dans les pommes en milieu de concert et est resté amorphe en fauteuil roulant pendant 2 jours après, en 1973, suite à un mélange Cognac / Anesthésiant pour cheval. Qu'il avait loisir de louer des costumes d'officier nazi, et se brouilla avec Steve McQueen quand il s'introduisit dans sa propriété de Malibu « pour refaire « La Grande Evasion » ».


Ce qui est sur, c'est qu'en 1970, il a roulé et tué son ami et garde du corps Neil Hammond, et, même s'il s'agissait d'un accident, ne s'en est jamais vraiment remis.


Et c'est marrant comme tout le monde en reste là : Moon, le batteur doué, chaotique, fou,... mais tellement attendrissant. En oubliant totalement que les Who étaient entièrement soudés autour de lui. Plus jeune du groupe, plus fou, oui, mais aussi le membre du groupe que les trois autres appréciaient sans réserve pendant qu'ils se tiraient dans les pattes. A croire que les Who se sont jamais séparés de son vivant pour pas avoir à débattre de qui aurait la garde du gosse, et, surtout, pour pas le traumatiser.

Keith Moon, finalement...un grand enfant...


Le groupe, présent pour l'aider à sortir de la dépendance dans laquelle il s'enlisait : regardez la séquence Barbara Ann dans le documentaire « The Kids are Alright » pour voir à quel point ils sont autour de lui pour qu'il se reprennent.Ils le laissent chanter et même Townshend rit tellement c'est mauvais.


Le 7 Septembre 1978, de retour d'une avant-première à laquelle il avait été convié par Paul McCartney, et de retour à son appartement de Curzon Place, London, au 9, appartement n° 12. L'appartement où Mama Cass Elliot est décédé.

Alors qu'elle faisait la sieste sur le sofa (Keith étant un gros ronfleur), sa copine Annette, se réveille, et inquiète du fait d'un appartement trop calme, tente de réveiller Keith... Vous imaginez la suite.


L'autopsie confirmera l'overdose de Clomethiazole (Heminevrin). Son docteur lui en avait donné 100 comprimés, à prendre selon sa convenance, pour lui contre sa tendance à l'alcoolisme. On en retrouva 32 dans son estomac. Ah, vivre dans l'excès...


Lors de la cérémonie funèbre, Roger Daltrey fera preuve d'un humour qu'on ne soupçonnait pas chez lui, en offrant une couronne funéraire qui fera mémoire dans l'histoire des couronnes funéraires : une bouteille de Champagne encastrée dans un poste de télévision.


Keith Moon, légende du Rock internationale, est morte il y a trente ans exactement. Mais ça, évidement, à la télé, évidemment, personne n'ose le dire.




Allez, on se quitte avec un double hommage vidéo. L'un, pour ses frasques, l'autre, pour son talent.

 




 


Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans La mort en Rock
commenter cet article

commentaires

Guic' the old 07/12/2009 14:04


Certes... Les Who, c'est un régal total jusqu'au Live at Leeds en fait...

Après, l'indigestion de toms... ok, c'est pas toujours ce qu'il y a de mieux, mais bon... Quand on regarde ce que donne la batterie de Moon sur "Who are you", ça reste quand même un régal.

Concernant les 80's, je ne nierais pas que... Je préfère ne pas savoir ce que ca aurait donné!

Enfin, "Quadrophenia"... Source d'éternels débats! Il y a du bon et du mauvais... Ce que tu cites, je le mettrais dans le bon, quand même.


hector 06/12/2009 20:36



Je préfère également les who jusqu'à la fin de leur tournée Tommy, et tout au long des années 70 on voit le kit de batterie de moon s'alourdir de plus en plus, parallèlement au son du
groupe, en général.
Le truc c'est que s'il avait vécu quelques années de plus, il aurait sûrement adoré le concept des pads électroniques. Et ceux qui lui était resté fidèles malgré sa période
"j'ai-20-grosses-caisses-et-730-cymbales-la-vie-est-belle" n'auraient probablement pas eu le courage d'entendre sa batterie faire boink boink.
Ce qu'il faisait à la batterie en 70 (notamment à l'ile de wight) était vraiment dingue.

Sinon je suis obligé d'admettre que malgré tout, les morceaux "The Rock" et "Quadrophenia" me font frissoner (surtout la partie -Is it me for a moment- des deux)




dragibus 08/09/2008 13:33

"Il est toujours de bon ton de rappeler, pour montrer qu'on connaît ses références, que c'est lui qui a donné son nom à Led Zep"Tu veux dire "il est de bon tom...."désolé

Guic' the old 07/09/2008 21:26

Comment dire... en fait on est tous d'accord.... Le fait est que les Who ont su utiliser les synthés, mais (bon, là c'est mon avis on le partagera peut etre) QUE sur Who's next, qui, de toutes façons, ne contient pas que des exploits. Résumons:Bien:




 
Pas bien:



Remarque: si ce commentaire est super mche, désolé, je maitrise pas trop le HTML.

Thom 07/09/2008 21:14

Absolument dac avec Chtif sur ce qui est des synthés. Ce sont d'ailleurs ces séquences très bizarres (du moins pour l'époque) qui vont principalement inspirer Martin Hannett lorsqu'il produira Joy Division (et plus spécialement "Closer").Bon... ceci posé ça ne m'empêche pas de trouver une bonne moitié de tout ce qu'ont fait les Who dans les 70's prodigieusement ennuyeux :-)