Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 13:53

« Conne de légende, tiens ». La phrase est d'Arbobo. Bon, certainement que d'autres ont déjà dit des trucs approchant avant, mais bon, là, au moins, ça a été dit ici.


« Les filles foutent la merde dans tous les groupes ». Ca c'est de Chtif.


Bon, maintenant vous avez toutes les clés pour comprendre pourquoi j'ai été déçu par ce livre.


Ah non, il faut en rajouter une quand même... Je gardais le souvenir d'une critique positive dans Rock n Folk quand ce livre était sorti en français, il y a maintenant 3 ans.


Voilà, maintenant vous comprenez.


« Confessions d'une groupie » a le mérite de bien porter son titre, et d'arborer une couverture qu'on s'efforce de cacher quand on lit dans le métro. Les mésaventures sentimentalo- sexuelles de Mlle Miller dans le monde du Rock de la fin des années 60 aux années 80 sont certes intéressantes, mais posent de nombreux problèmes.


Tout d'abord, on est alléché par la liste de Rock star qui sont, on le sait citées dans ce bouquin... Des Byrds aux Stones, Mlle Miller a traîné avec un grand nombre de génies musicaux que, personnellement, j'admire. On s'attend, ou du moins moi, je m'attendais, à avoir une vision du Rock de cette période depuis les coulisses, un point de vue brut de décoffrage qui apporte ce qu'on ne pourrait pas lire dans les biographies officielles.


Car Pamela n'est pas n'importe qui, elle est quand même une des personnes qui a soutenu Mick Jagger au soir d'Altamont ! Elle a couché avec 50 % de Led Zeppelin (confirmant la théorie que le chanteur et le guitariste ont plus de chance que les autres.) !  Elle a vécu pendant 2 ans avec les Zappa !


Et vous savez quoi ? Malgré tout cela, ce livre ne présente pas grand intérêt. Pour une raison simple et pourtant annoncée partout : Pamela Des Barres est : « la groupie de référence ». Cela ne veut pas dire que son avis, ou son histoire, sont intéressants ! Ca veut juste dire que c'est une petite gourde (j'aime les insultes désuètes) qui se fait une fixette sur les Rock stars.


En ce sens on se dit qu'elle a bien réussi à rendre le truc en écrivant ça, du fait qu'une page sur deux on a envie de lui coller un claque tellement on la trouve niaise. La première fois qu'elle se fait avoir et devient un coup d'un soir, ok, on est attendri par sa naïveté, mais bon, la 4 ème fois ou Jimmy Page la trompe et qu'elle tombe toujours des nues on en vient à se demander si elle est pas un peu conne...

 

 

Bon j'ai été gentil parce que j'ai pas voulu sortir une photo de la dame aujourd'hui. Mais en en voyant, je me suis dit que les groupies devraient mourrir quand leurs groupes fétiches splittent, ca serait plus humain. Ah, merde, les Stones sont toujours ensemble.


Et cette sensation ne fait que s'amplifier quand elle avoue qu'elle ne supporterait pas de faire un concert du côté de la foule et veut à tout prix être côté coulisses, quand elle se plaint de ne pas atteindre la clébrité qu'elle recherche après publication d'un album (son seul) ou d'un petit rôle (entre autres dans le 200 Motels de Zappa)...


Bref, qu'a-t-on dans ce livre ? Une vie, un parcours d'une jeune fille, dont la vie fut Sex, Drugs, mais finalement pas très Rock n' Roll, bien que des Rockstars parcourent tout le livre. Et même dans le cas ou sa vie à elle n'est pas très Rock n' Roll, on s'attendait à un bouquin satisfaisant nos plus bas instincts de lecteur de Voici, on voulait, à la rigueur, savoir si Noel Redding est plus slip que caleçon, certes, mais... là, soit on en apprend trop, soit on apprend rien. Les performances sexuelles de Mick Jagger m'indifèrent, et ce n'est un scoop d'apprendre que « la folie de Keith Moon ébranlait l'univers ». Et j'en ai rien à foutre de savoir que Frank Zappa et sa femme aimaient prendre le thé à heures fixes. Et quand arrive dans le paysage Don Johnson (oui, vous savez, Nash Bridges) dont j'ai appris à cette occasion le passé de chanteur country, eh ben, on se dit, « c'est bon, on va pas pousser non plus. » Heureusement qu'il restait que 100 pages et Keith Moon sinon j'abandonnais direct.


Bref, Confessions d'une groupie, ou un bouquin écrit par une féministe, sur le Rock, mais qui n'est pas prêt d'arranger la misogynie inhérente au genre : You can't always get what you want.

Partager cet article

Published by Guic ' the old - dans Festival de Reading...
commenter cet article

commentaires

ronette 28/08/2011 12:42



Et bien moi, c'est un livre que
j'ai dévoré. C'est un témoignage génial sur une époque tellement différente de la notre, pas de chomage, pas de sida, l'amour libre, la montée de l'héroïne,etc… On a vraiment l'impression d'y
être je trouve.
Et le titre "confessions d'une groupie" annonce la couleur, on se doute que ca va etre un journal intime parlant bcp de sexe et non un essai philosophique sur la musique des années 60-70, et le
dosage histoires de cul/temoignages sur le quotidien de la vie de rock star est bien dosé et interessant, j'ai adoré les anecdotes sur les beatles, led zep, mick jagger, keith moon (triste
d'ailleurs).


Par contre, je ne vois pas du tout où est le féminisme, car tout le long du livre
elle n'a qu'un but : trouver son "prince charmant", celui qui la prendra en charge et sera capable de la rendre heureuse jusqu'à la fin de sa vie, à aucun moment elle ne s envisage célibataire,
autonome, indépendante, elle a absolument besoin d'un homme pour se sentir exister, pas très féministe comme attitude !!!



Guic' the old 08/04/2010 16:25



A commencer par Miss Des Barres herself.


Enfin bon, tant que ce sont les commentaires et non l'article qui sont navrant, j'm'en fous un peu :-)



Nounours5 08/04/2010 16:11



Commentaires navrants, n'est pas rock qui veut...



SysTooL 06/09/2008 16:55

J'en ai entendu parler lors de sa sortie, mais bon, ça m'intéresse pas des masses...Peut-on vraiment parler d'une "féministe"?SysT

Guic' the old 05/09/2008 13:52

Chtif: Un peu commme toi, j'ai longtemps compté le lire... d'ou ma déception à sa lecture. (Et moi non plus pas d'émanation groupiesque suite à l'ouverture de ces pages.)Arbobo: En fait, je sais pas trop comment caractériser ce livre... je pense qu'aux US, il a eu un succes enorme parce que bon, c'est assumé...En fait le problèmec'est que j'espérai que ce bouquin était un succès parce que pour une fois on avait affaire à une groupie pas conne. Faux. C'est juste que celle la a un "tableau de chasse" démentiel.