Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Songs for the Deaf

La moitié de l'ancienne playlist, liée au contenu de ce blog, ayant été engloutie dans les entrailles de Deezer, vous trouverez ici "seulement" quelques titres épars que j'aime, avec des variations aléatoires representatives de mon humeur.

***

De toutes façons personne écoute jamais les playlists sur les blogs, alors...

***


Here, There And Everywhere

20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 13:12

Cet article est bien évidement dédié à Thom aidé de G.T., en fait, bref, à cet article, sans qui je n'aurais jamais connu Nick Cave et n'aurait donc pas écrit cet article.


Quel unique album devais – je choisir pour évoquer les Bad Seeds ? C’est pas comme Bowie, chez qui Ziggy Stardust est tellement imposant qu’il ressort du lot de ses transformations… Quand un artiste ne réussit pas à sortir 2 albums un tant soit peu similaires (enfin, plutôt, ne s’en permet pas la facilité), ça ne facilite pas la tache aux critiques qui ont du mal à le classer dans une tendance, un style…. Et parlent alors d’artiste – caméléon. Nick Cave est de ceux là. Un des tout meilleurs.


 
murder-ballads.jpg20 ans de carrière, un album tous les deux ans, et un constat a fini par s’imposer : au-delà du rock ou des modes, Nick Cave et ses Bad Seeds font tout simplement de la musique. A partir de là, ce n’est pas chose facile de choisir avec quel album présenter tous ces gens. Mon préféré (pour l’instant, parce que ça change régulièrement) serait Let Love In, pour des raisons extrêmement simple que sont la beauté et la classe. Mais Murder Ballads est le premier album de ceux là sur lequel j’ai posé l’oreille, et une collection surprenante de très très bonnes chansons... Le tout regroupé dans un concept fort simple et fort plaisant : toutes ces chansons sont des « Muder Ballads », style de chanson traditionnelle anglo-saxon qui consiste à chanter des meurtres. Ces gens là sont très sains.
S’il est un étalage de tous les types de morts (noyade, arme à feu, incendie) et de tous les meurtres (passionnels, pour le plaisir, par folie), cet album est aussi l’étalage de tout ce dont est capable Nick Cave, avant et après cet album.
Avec le recul des autres albums des Bad Seeds que j’ai pu écouter, je ne peux pas m’empêcher d’associer chacun des titres de cet album à un autre d’un autre album : la folie pianifère (qui porte le piano, je sais pas si ça existe, mais passons) de O’Malley’s bar m’évoque les vrilles de clavier de The Carny sur Your Funeral My Trial. Song Of Joy se revendique presque de suite comme un Red Right Hand II (dans les paroles, pas la musique), et on pourrait en citer d’autres…
 
Un autre détail surprenant avec ce disque, c’est que c’est certainement le concept album le moins cohérent musicalement que j’aie jamais entendu (attention, ce n’est pas une critique, hein !). Par exemple, Doolittle ou n’importe quel album des Pixies, c’est pas un concept album, mais il y a une certaine cohérence entre les titres, d’un point de vue musical, mélodique… Ici, seul le thème est commun aux différents titres. Et leur qualité aussi. Mais on passe d’un ballade au piano à un titre bien groovy bien funky sans transition aucune… sinon passer de 4 morts à 2. 


3ae83f1aac70b-12-2.jpg
Un groupe qui respire la joie de vivre. Quand même.


Bon, excusez moi, là on arrive dans le passage un peu flippant, un peu bizarre mais bon, c’est mon avis : Cave reflète dans ses titres l’esprit du meurtrier avec une classe folle. Musique funky pour le bandit rétro Stagger Lee, violons et paroles douces pour crime passionnel dans Where the wild roses grows… Tuerie bon enfant avec sa musique limite piano bar sur « The Curse of Millhaven »… Et bien sur le piano entêtant, vrillant, qui rend littéralement dingue sur O’Malley’s Bar…
Le top du top de la beauté mêlée de complexité et de poésie : le titre d’intro, Song of Joy avec sa sorte de tonalité de téléphone occupé en fond, son piano crépusculaire, et la voix de Cave jouant au crooner malsain, le tout magnifié par quelques vers de John Milton… Et là c’est fini, vous êtes entrés dans le disque…
 
 
Contrairement à ce qu’on pourrait en penser ou tout simplement dire, cet album n’est pas déprimant. Il ne rend pas déprimé. Cet album rend dingue. Cet album est dangereux… Magnifier le meurtre avec une telle classe devrait être interdit. Cet album est beau, mélancolique, parfois marrant (désolé mais quand Cave commence à faire des voix dans Stagger Lee, je trouve ça plus marrant que déprimant…), et toujours de haute volée d’un point de vue musical…
 
Parce que oui, c’est un peu facile de considérer d’un album ayant pour thème principal la mort qu’il est déprimant. Mais bon, il y a bien une raison pour qu’il s’achève avec la reprise du Death is not the end de Dylan (repris par à peu près tout le monde ayant chanté sur le disque… ça en fait du monde). Pour la raison très simple que le thème principal de cet album n’est pas la mort, mais le meurtre, et le meurtre c’est déprimant que d’un des deux côtés de la barrière. Et Cave s’arrange pour toujours se placer du bon côté, celui du meurtrier. Les seules fois ou la victime a la parole, c’est dans les duos, et en ce cas, on a aussi la vision du meurtrier. Bref, les questions que peut poser cet album ne portent pas vraiment sur la Mort, ses causes, la vie a – t – elle un sens, etc…. Mais sur ce qui amène au meurtre, ce en quoi le meurtre peut être justifié ou pas, condamné ou pas, considéré comme beau ou pas. ET tous ceux de cet album on le point commun d’être racontés ave classe… 

undefined

 Tournés vers l'Avenir. Oui, il est en haut à droite.

Alors, oui, c’est vrai, je chronique un disque et ça tient plus de l’analyse de texte que de la critique musicale, mais c’est justement ce qui fait que Cave est grand (et, accessoirement, plus cool que vous) : chacun de ses titres forme un tout. On peut trouver les paroles classes, la mélodie sympa séparément. Mais quand les deux se rejoignent, c’est là que se fait une alchimie particulière qui mène le titre vers de nouveaux sommets. Tous ces lieux communs pour finir avec celui-ci : la marque des grands génies, assurément.
 
Comme un extrait ne suffirait pas à représenter le disque (qui ne peut être représenté que par lui-même, dans son intégralité), voici deux titres assez différents :
 
Stagger Lee : Groove, meurtres dans un saloon… Le clip, avec un Cave possédé rappelant légèrement Vincent Vega (Travolta dans Pulp Fiction)


 
 
 
 
Where the Wild Roses Grow : Romantisme, Roses Rouges et crime passionnel… Le duo avec Kylie Minogue. Beau, Classe, Emouvant… les mots manquent.
 


 
 
Et si avec ça vous êtes pas convaincus… je peux plus rien faire pour vous.
Non, mais au moins ca montre la diversité, non ?
 

Partager cet article

commentaires

Guic' the old en etat d'ebriété, soyons honnetes 06/03/2008 22:04

Le dernier, je l'ai écouté, il est... agréable. Pas d'ambiance sombre, ni la luminosité d'Abattoir Blues... il est agréable, et, y a pas a chercher, sympa à écouter dès la première écoute. Ce qui (snobisme oblige) est presque frustrant pour du Nick Cave, et ses Bad Seeds, ou sans...Autant y laisser un peu de temps, en fait... on verra. Il est agréable, mais c'est pas non plus un "Let love in" ou un "No more shall we part"!

Ska 06/03/2008 17:53

D'accord avec G.T. sur le refrain du morceau avec PJ. Bof, bof...Ceci dit, Nick Cave et ses Bad Seeds sont grands ! Difficile de trouver un mauvais album dans leur discographie... Et moi, j'ai un petit faible pour le double Abattoir Blues / Lyre of Orpheus...Avez-vous écouté le nouvel album ? Je vais l'acheter ces jours-ci...

G.T. 26/02/2008 02:04

Sachant que je n'aime pas qu'on parle en mon nom et que j'ai l'esprit de contradiction, je serais tenté de dire exactement l'inverse de Thom... :-)A part ça, ben... intéressant, tout de même, cet article... je saurais maintenant de quoi parle Murder Ballads ! Même si... je m'en doutais un peu, et c'est pas difficile à deviner... de plus, je crois bien, pour cet album, avoir au moins une fois lu les paroles, chose qui ne m'arrive vraiment que très rarement... mais bon, je ne me suis pas penché en détail sur les textes et j'ai donc appris quelques petites choses...Sinon : Oui, Murder Ballads est un très bon Nick Cave, mais... pas mon favori (pour moi aussi, c'est Let Love In)... et il y a deux choses qui me dérangent dans l'album : 1. le duo Nick Cave-PJ Harvey ne pouvait que m'enchanter... sauf que je n'aime pas du tout le refrain (les "la la la la, la la la la la li", très peu pour moi)2. La reprise de Dylan me gonfle un peu (et qu'est-ce qu'elle est longue !)Par contre... aaaah, Stagger Lee... un de mes morceaux préférés de tous les temps...

Guic' the old 22/02/2008 12:32

Tu te doutes bien que je redoutais ton passage...Merci. Sincèrement. Merci.

Thom 22/02/2008 10:39

C'est vraiment un super post, mon vieux Guic. Je pense parler au nom de G.T. aussi, le pauvre, il est débordé : BRAVO. Tes grands frères sont fiers de toi :-)